Guérison du paralysé
de Capharnaüm.


Le mot miracle vient du verbe latin "mirari": "s'étonner".
Dans les écritures, on ne trouve pas le mot "miracle" mais les mots: signe, fait étonnant, acte de puissance.
Par ces signes, Dieu libère son peuple, le conduit et l'aide à marcher vers une vie plus grande, plus riche, plus généreuse.

Dans le langage actuel, on emploie souvent le mot miracle pour expliquer l'inexplicable, le surnaturel.
Ne jamais oublier que les miracles peuvent être des petits signes visibles aux coeurs ouverts.


L'évangile de Marc (2,1-12).
Voir aussi Luc 5,17-26 et Matthieu 9,1-8:


Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu'il était à la maison.
Tant de monde s'y rassembla qu'il n'y avait plus de place, même devant la porte.
Il leur annonçait la parole.

Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.
Comme ils ne peuvent l'approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé.
Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé: «Mon fils, tes péchés sont pardonnés.»
Or, il y avait dans l'assistance quelques scribes qui raisonnaient en eux-mêmes:
«Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul?»
Saisissant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu'ils faisaient, Jésus leur dit: « Pourquoi tenir de tels raisonnements? Qu'est-ce qui est le plus facile? de dire au paralysé: "Tes péchés sont pardonnés", ou bien de dire: "Lève-toi, prends ton brancard et marche?"
Eh bien! Pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, je te l'ordonne, dit-il au paralysé: Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi.»
L'homme se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde.
Tous étaient stupéfaits et rendaient gloire à Dieu, en disant: « Nous n'avons jamais rien vu de pareil. »


L'évangile de Marc (2,1-12): Quelques pistes:


*Etude des mouvements jusque Marc (2,1-10):

Pour chaque personnage, ou groupe de personnes, étudier les mouvements.

Jésus: Dans cet évangile, il ne bouge pas. Il est à la maison; il annonce La Parole.
La foule: elle se déplace. Elle se rassemble dans et autour de la maison. Elle est aussi comme un rempart qui empêche certains d'approcher.
Le groupe de personnes et le paralysé: ils se déplacent et arrivent à la maison; ils portent un paralysé; ils cherchent à voir Jésus et pour cela découvrent un toit; ils descendent le brancard.
Quelques scribes: tout comme la foule, ils se sont déplacés.

Dans cet évangile, Jésus ne bouge pas, n'a aucun geste; il n'est que Parole.
La foule vient à lui.
Le groupe qui se déplace le plus et qui dans ce déplacement se dépasse, c'est le groupe qui porte le paralysé.


*Mouvement final Marc(2,10-12):

Le paralysé se lève, prend son brancard et sort.

Le mouvement final du texte est une levée, une résurrection.


*Paroles, raisonnements, regards, écoute:

Jésus

Jésus annonce La Parole. ("Jésus leur annonçait la parole")
Il voit le paralysé mais il voit aussi plus loin: il voit la foi d'un groupe de personnes.
Il parle: "Tes péchés sont pardonnés."
Jésus écoute aussi les murmures intérieurs; il sait qu'il peut choquer certaines personnes. Alors, il parle encore: à quelques scribes et au paralysé.
Jésus est Parole et regard profond vers l'autre. Avant de parler, Jésus voit et il voit profondément (la foi, la pensée). Dans ce texte, il est le seul à parler (hormis la dernière phrase).

La foule

La foule écoute Jésus; elle voit l'arrivée du paralysé; elle entend les paroles de Jésus; finalement, elle est touchée par le mouvement final: l'homme debout ( "Tous étaient stupéfaits et rendaient gloire à Dieu") mais cela ne change pas sa vie.

Quelques scribes

Comme la foule, les scribes écoutent Jésus et voient l'arrivée du paralysé; ils entendent une parole et cette parole les dérange. Ils raisonnent en eux-mêmes. (Les scribes sont les spécialistes de l'écriture. Ils ont une certaine connaissance de Dieu. A l'époque de Jésus, on pensait que la maladie était liée au péché: un homme malade était un homme pécheur- et les pécheurs étaient exclus, mis à l'écart. On pensait aussi que Dieu seul pouvait pardonner les péchés). En se mettant à la place des scribes, on comprend que la parole de Jésus dérange; Jésus accueille ceux qui sont considérés comme impurs et il parle comme s'il connaissait les secrets de Dieu. Comment peut-il savoir que les péchés du paralysé sont pardonnés?

Le paralysé:

Il ne prononce pas une seule parole. Il arrive allongé sur une civière et dépendant de ceux qui l'entourent.
Il se laisse conduire par des chemins difficiles (montée sur le toit; descente par le trou du toit).
Il repart debout, autonome.
Dans l'évangile, c'est le seul à sortir.
Le paralysé est ouvert, il est tout accueil! Il reçoit pleinement La Parole de Jésus... et cette Parole le transforme, le met debout, le ressuscite!

La Parole de Jésus est une Parole qui peut juste effleurer les âmes; elle peut aussi pénétrer, toucher profondément; elle peut encore déranger. C'est une parole qui nécessite une certaine ouverture du coeur et un abandon de certains acquis, de certaines certitudes.
La Parole de Jésus, accueillie avec un coeur ouvert, est une Parole qui met debout, qui soulève, qui pousse en avant.


L'évangile de Marc (2,1-12): Compléter la première image avec des phrases.


Image paralyse de capharnaum Image paralyse de capharnaum


L'évangile de Marc (2,1-12): Quizz envoyé par Axelle, Aix en Provence.


Plusieurs réponses sont possibles : l’important est d’échanger entre nous après avoir répondu aux questions

1-Il s’agit :
a) d’une histoire vraie
b) on ne peut pas savoir si cette histoire est vraie
c) d’une histoire inventée par Jésus
d) d’une parabole (une histoire pour expliquer quelque chose)

2-Dans ce texte, certaines personnes bougent beaucoup, d’autres moins.
Peux tu classer ces personnages dans l’ordre, de celui qui bouge le moins à celui qui bouge le plus ?

a) la foule
b) le paralysé et ses amis qui le portent
c) Jésus
d) les scribes

3-Jésus :
a) ne bouge pas car beaucoup viennent le voir
b) est là pour faire des miracles, des guérisons
c) est là pour enseigner la Bonne Nouvelle
d) observe la foi du paralysé et de ses amis

4-Les amis du paralysé:
a) ne sont vraiment pas gênés de défoncer le toit!
b) ont une très grande foi en Jésus
c) font tout pour aider leur ami
d) n’ont pas peur de faire des efforts : ils savent qu’ils répareront le mur après

5-Le paralysé :
a) a beaucoup péché : c’est pour ça qu’il est malade
b) a foi en Jésus
c) est heureux que Jésus lui pardonne ses péchés
d) trouve que Jésus exagère de dire qu’il lui pardonne ses péchés : c’est tout de même facile de le dire !

6-A l’époque de Jésus on croyait que les malades et les personnes handicapées :
a) étaient attaqués par des esprits mauvais
b) étaient de grands pécheurs
c) étaient impurs, donc séparés de Dieu et des hommes
d) étaient attaqués par des microbes

7-Les pharisiens :
a) pensent que le paralysé est un grand pécheur
b) sont choqués de ce que dit Jésus
c) sont choqués que des hommes aient cassé le toit
d) pensent que seul Dieu pardonne les péchés

8-A la fin du texte les scribes et les pharisiens :
a) sont vraiment en colère car Jésus a encore réussi !
b) sont dépités
c) sont épatés et certains deviennent disciples de Jésus
d) rendent gloire à Dieu

9-La rencontre avec Jésus :
a) a changé la vie du paralysé
b) a changé la vie de ses amis
c) a changé la vie de la foule
d) a sûrement changé la vie de certains pharisiens

10-A la fin de l’histoire le paralysé :
a) obéit à Jésus
b) se lève : c’est le symbole de la résurrection
c) revient remercier Jésus
d) est heureux d’avoir, par le pardon de ses péchés, retrouvé la communion avec Dieu

11-Cette histoire montre que la Parole de Jésus peut :
a) juste effleurer une âme
b) toucher profondément une âme
c) déranger, choquer une âme
d) laisser indifférent

12-Cette histoire montre que pour que Jésus puisse être actif dans nos vies il est bon de :
a) faire des efforts pour venir à lui
b) faire des efforts pour lui amener nos amis
c) être simplement ouvert à lui
d) le laisser faire en ayant foi

13-Jésus demande au paralysé guéri de prendre sa civière et de rentrer chez lui pour nous expliquer que :
a) Dieu nous aidera à porter nos faiblesses
b) guéri, le paralysé devient une lumière pour ses proches
c) rencontrer Jésus c’est changer de vie
d) rencontrer Jésus rend capable de porter ce que l’on croyait insurmontable

14-Jésus nous encourage à vivre :
a) allongés portés par nos amis
b) debout, témoins de son amour
c) libérés du poids de nos péchés
d) en portant le poids de nos péchés et de la culpabilité

15-Qu’est-ce qui te semble le plus important dans ce texte ?

16-A partir de ce texte, peut-on comprendre l’une des raisons pour lesquelles Jésus est venu sur terre ? Laquelle (ou lesquelles) ?


L'évangile de Marc (2,1-12): Mosaïques Basilique Saint Jean, Ravenne:


Image paralyse de capharnaum Image paralyse de capharnaum


Une mosaïque, c'est une oeuvre d'art réalisée avec des fragments de verre, de pierre, de céramique,...
Ces fragments sont collés sur un support à l'aide de mastic, de colle, d'enduit.
La mosaïque terminée représente un tableau, un motif,...
On peut réaliser une mosaïque avec du papier.

Première mosaïque:
Dans cette mosaïque, quelques personnages:
--> Jésus est vraiment le plus grand des personnages. On le reconnaît à son auréole cruciforme. Avec sa main droite, il semble bénir le paralysé. Le bleu de sa robe nous rappelle le ciel: Jésus agit pour le Royaume des Cieux (Royaume de Dieu). On pourra noter que Jésus est en dehors de la maison et non à l'intérieur comme dans le texte. Jésus est libéré de toutes contraintes, de tout enfermement. C'est un homme libre!
-->A gauche de Jésus, un homme. On dirait qu'il s'adresse à nous. Il nous montre Jésus! On a l'impression qu'il veut nous encourager à suivre Jésus. Ses habits blancs et bleus pâles peuvent nous faire penser à un ange qui nous indique le chemin.
Dans l'évangile, on ne parle pas du tout de cet homme.
-->Dans la maison, le paralysé est seul, isolé. Il ne peut pas bouger. Dans tout ce qu'il veut faire, il dépend des hommes, de leur aide. Il est à demi nu comme pour dire sa pauvreté, son manque, sa misère. Le paralysé est entouré de quatre murs, comme enfermé! Cet enfermement nous parle de sa maladie bien sûr mais aussi de son péché qui l'éloigne de Dieu et des hommes, qui l'enferme. Une petite fenêtre dans le mur, nous évoque une issue possible vers la lumière. Et cette petite fenêtre s'ouvre sur Jésus. Le créateur de la mosaïque a peut-être voulu nous dire à sa façon que Jésus nous entraîne vers la lumière et la vie! Le paralysé tend les bras vers Jésus: il aspire à sa venue, à son action dans sa vie.
-->Sur le toit, les hommes en action. Ils aident le paralysé à se rapprocher de Jésus.

Deuxième mosaïque:
On retrouve Jésus et le paralysé. Depuis sa rencontre avec Jésus, le paralysé a changé! Il est vêtu de blanc comme pour dire la vie nouvelle, la pureté, le péché pardonné! Il est debout! Il marche! Sur son dos, il porte son brancard, ce brancard qui l'a longtemps porté... Ce brancard nous rappelle sa vie passée, sa souffrance, sa solitude, son enfermement: tout le poids lourd de sa vie. Aujourd'hui, le brancard semble léger! Depuis le passage de Jésus dans sa vie, celle-ci n'est plus un lourd fardeau pour le paralysé.
On pourra aussi noter que le paralysé est en dehors de la maison! Il n'est plus enfermé... Jésus l'a libéré!


L'évangile de Marc (2,1-12): Mimer l'évangile:


Quatre groupes de personnages: Jésus, le groupe foule, le groupe scribes, le groupe paralysé.


De "Quelques jours après"..... jusque "Jésus leur annonçait la parole"
Jésus arrive. Aussitôt, les groupes "foule" et "scribes" (on ne voit pas à ce moment qui sont les scribes) l'entourent et créent comme un rempart. Lorsque l'on lit la phrase: "Jésus annonçait La Parole", Jésus ouvre les mains en avant et se tourne vers les uns et les autres.

De "Arrivent des gens" ..... jusque "sur lequel était couché le paralysé"
Le groupe paralysé arrive, épaulant un malade; ils cherchent une issue en faisant le tour du "rempart". Ils ouvrent un passage (en arrière de la scène); tous les regards sont dirigés vers eux. Puis, ils allongent le paralysé sur le sol.
(Les groupes foule et scribes doivent laisser maintenant un espace central suffisant).

De "Voyant leur foi".....jusque "pardonnés"
L'enfant qui a le rôle de Jésus fait un pas vers le paralysé, tend sa main vers lui puis dit la phrase:
"Mon fils, tes péchés sont pardonnés".

De "or il y avait".....jusque "Dieu seul peut pardonner les péchés"
Les enfants qui ont le rôle de scribes se rejoignent; ils forment un nouveau groupe en avant de la scène;
ils se regardent les uns les autres d'un air entendu mais sans parler.

De "Saisissant..... jusque "et rentre chez toi"
L'enfant qui a le rôle de Jésus se rapproche du groupe scribes et dit la phrase: "Pourquoi raisonner..... Lève-toi et marche".
Ensuite, il se tourne vers le paralysé et termine la phrase: "Eh bien!...... rentre chez toi."

"Aussitôt, l'homme se leva..... sortit."
Le paralysé se lève et sort du cercle.

Finale
Tous disent: "Nous n'avons jamais rien vu de pareil!".
Tous peuvent lever les bras au ciel et chanter un Alleluia!


Faire bien attention: en fin de texte, les scribes font partie de la foule qui s'étonne et qui loue Dieu!
Ne pas les enfermer dans un rôle complètement négatif. Certains scribes ont vraisemblablement suivi Jésus.


L'évangile de Marc (2,1-12): Dans nos vies:


Nous pouvons être la foule: nous pouvons nous déplacer, être là, entendre La Parole mais ne jamais L'accueillir, ne jamais être touchés, ne jamais nous lever, ne jamais "sortir". Nous pouvons oublier que cette Parole est faite pour que La VIE entre dans nos vies.

Nous pouvons être les scribes: nous pouvons nous déplacer, être là, entendre La Parole et n'en retenir que ce qui choque, que ce qui n'est pas conforme aux "lois", aux habitudes, à nos convictions... Nous pouvons avoir un regard, une pensée, des mots qui jugent alors qu'ils devraient être recherche de la profondeur qui transforme les vies.

Nous pouvons être la foule et les scribes: et n'être touchés que par le merveilleux!

Nous pouvons être le paralysé: et accueillir profondément La Parole, La laisser vivre en nous, La laisser nous transformer, nous mettre debout! Nous pouvons être le paralysé et devenir témoin de la Lumière de Dieu.

Nous pouvons être Jésus: nous pouvons devenir fils et filles de Dieu en étant accueil pour tous nos frères et en semant des paroles de lumière, d'amour, d'espérance...


L'évangile de Marc (2,1-12): Retrouve quelques mots importants:


*Retrouve une phrase de Jésus:


Image paralyse de capharnaum


Recopie cette phrase.
Si tu avais été à la place du paralysé est-ce que c'est cette phrase que tu aurais aimé entendre en premier?
(Pour beaucoup la réponse est "non". En général, on attend une phrase type "Tu es guéri; lève-toi!")

Petite explication:
La phrase "Tes péchés sont pardonnés" est sans doute la phrase puissamment espérée par le paralysé.
A l'époque de Jésus, on expliquait la maladie par le péché. Une personne malade était forcément une personne qui avait péché, c'est à dire quelqu'un qui avait coupé ses liens avec Dieu, quelqu'un qui s'était éloigné de lui. Cette personne était considérée comme impure; elle était donc exclue de la société et vivait à part.
Dire à un malade "Tes péchés sont pardonnés", c'était prononcer une Parole d'amour, c'était lui dire qu'il faisait toujours partie du courant de vie et de lumière et qu'il était toujours précieux aux yeux de Dieu. Dire à un malade "Tes péchés sont pardonnés", c'était le réintroduire dans la vie avec Dieu et par ce fait même, le réintroduire dans la vie humaine.
On comprend pourquoi cette phrase était si importante pour le paralysé.
La Parole de Jésus ouvre une clairière de lumière et d'amour dans le cœur du paralysé.


*Comment le paralysé accueille-t-il cette phrase?:

(Pour le savoir retrouve le mot caché)


Image paralyse de capharnaum


Réponses: croix, porte, âne, foule, toit, maison, évangiles, cierge, étoiles. Le mot caché est confiance.


Jésus voit la foi, la confiance forte du paralysé et de ses amis. Nous pouvons nous rendre compte de cette foi en lisant le texte. Le groupe "paralysé" est celui qui fait tout ce qu'il peut, qui cherche un moyen, qui se dépasse, qui insiste, qui franchit des "barrières" pour voir Jésus.
Certains pourront penser que le paralysé ne fait pas grand chose. L'important est de voir qu'il s'abandonne entièrement (il a confiance en ses amis et en Jésus).

La Parole de Jésus est "efficace" (elle soulage, elle met debout) parce qu'elle est accueillie avec foi. (Il est des villages où Jésus ne pourra faire aucun miracle).


*Les faits étonnants du texte:

(Ce que le "spectateur" peut voir avec ses yeux; ce qu'il peut voir aussi avec son coeur)


Image paralyse de capharnaum


Ce que tous voient, c'est la guérison. Jésus aime l'homme; il le replace dans le courant de vie.
Mais l'évangéliste nous invite à voir plus loin; il nous invite à voir avec notre coeur ce que vit le paralysé: la communion rétablie, source de toute Vie.
Jésus voit la foi du paralysé, c'est à dire son lien non rompu avec Dieu. En pardonnant ses péchés, il rappelle que du côté de Dieu la communion n'est jamais rompue; L'Amour infini a toujours un regard, un coeur, des gestes emplis de miséricorde. En pardonnant les péchés, Jésus réinsère le paralysé dans la vie.
Plus loin que la guérison, la parole de Jésus révèle l'Amour de Dieu.

Dieu est Toute Miséricorde, Pardon Infini...
Il est toujours en attente de notre retour.
Lorsque nous revenons à LUI, avec notre coeur, il nous accueille et nous remet debout.

La guérison du paralysé est aussi un témoignage: Dieu est avec Jésus.


*Jésus?:

(En suivant une route en colimaçon, retrouve quelques phrases qui te parlent de Jésus)


Image paralyse de capharnaum


Réponses: Jésus annonce la bonne nouvelle. Il accueille les exclus. Il voit la foi des hommes et leurs doutes aussi. Il annonce le pardon des péchés et remet debout. Il est proche de Dieu.


*Une phrase prononcée pour nous:

(Remets en ordre, tu trouveras une phrase que Jésus adresse à chacun de nous. N'oublions pas d'entendre cet appel de Jésus à se mettre debout!)


Image paralyse de capharnaum


Aujourd'hui, Jésus nous dit: "Lève-toi"...
Lève-toi: ne passe pas ta vie en étant "allongé", paralysé par le poids du péché ou par le poids du regard des autres sur toi.
Ne culpabilise pas, ne t'enferme pas!
Ne passe pas ta vie en la subissant mais en la Vivant.
Cherche la lumière, regarde vers Dieu: Il t'aime!
Laisse couler en toi Sa Vie; c'est elle qui fera jaillir ta vie!
Sois un homme "debout", un homme lié à la terre et au ciel.

Aujourd'hui, Jésus nous dit: "Prends ton brancard!"
Le lit où tu as souffert, le lit de toutes tes misères, ce grabat que ceux qui t'aimaient ont porté pour toi,
aujourd'hui, prends-le, porte-le.
Tu as pris la main de Dieu, il t'aidera à porter toutes tes faiblesses...

Aujourd'hui, Jésus nous dit: "Rentre chez toi!"
Ta vie illuminée de l'intérieur, ne la garde pas pour toi.... Deviens Source!
Et commence par répandre chez toi, dans l'intimité de ceux que tu aimes, les perles de Lumière!


*Le paralysé sortit:

Sortir... Le mot est important! (Voir en caté la rencontre "Sortir")


L'évangile de Marc (2,1-12): Pour aller plus loin:


*Voir en caté, le sacrement de Réconciliation dans le coin sacrement.
*Voir aussi en caté, la rencontre "Sortir" (sacrement de l'Eucharistie).
*On peut aussi compléter avec les rencontres sur la confiance: Confiance en Dieu: les oiseaux du ciel (caté, second testament). Qu'est-ce que la confiance? (caté, second trimestre).

*Ci-dessous, un petit texte de Jean-Noël Bezançon (Jésus le Christ, DDB):
Jésus n'a pas organisé des rassemblements de malades, des réunions de guérisons. On vient à lui. Il est alors "saisi de pitié", non pas d'une sorte de condescendance émue, mais de cette immense sympathie, compassion, qui est le regard même de Dieu sur ceux qui souffrent. Jésus est touché personnellement par tant de souffrances physiques, morales, spirituelles. Alors, au nom de celui qui l'envoie, il ne peut pas ne pas intervenir. A travers lui, la puissance de Dieu, la puissance de son amour blessé, affecté par ce mal, se déploie dans la faiblesse de celui qui gît là. Parce que Dieu en Jésus s'est laissé atteindre, toucher par le mal qui nous étreint, le mal en nous se trouve atteint, touché, vaincu par la puissance de Dieu.