multiplication des pains



Pour les plus petits: Voir plus bas: évangile de manière plus ludique.

Petit plus:

On pourra compléter avec:
-->"Sortir". (Voir caté)
-->"Le texte de Tagore". (Caté: hindouisme.)
-->Un rappel de l'Eucharistie: prendre, remercier, partager. (Les disciples prennent mais ne sont pas encore sur le chemin du Merci et du partage).
-->Le Notre Père: "Donne-nous notre pain de ce jour".
-->Une jolie phrase: "Quand ton frère tend la main, il attend plus que le pain! Il attend quelqu'un qui l'aiderait à mieux s'accepter, à mieux vivre."

Prières:

*Donne-moi.
*Il restera de toi ( autour du don)
*Prier le matin de St françois d'Assise.
*Signe de croix.
*Ne laisse jamais ta vie se taire.
*Seigneur, donne-moi de voir.

__________________________________________________


Autour de l'évangile: Marc 6, 30-45..... Matthieu 14,13.......... Luc 9,10-17

Les apôtres revinrent auprès de Jésus et lui racontèrent tout ce qu'ils avaient fait et enseigné. Cependant, les gens qui allaient et venaient étaient si nombreux que Jésus et ses disciples n'avaient même pas le temps de manger. C'est pourquoi il leur dit: «Venez avec moi dans un endroit isolé pour vous reposer un moment.» Ils partirent donc dans la barque, seuls, vers un endroit isolé. Mais beaucoup de gens les virent s'éloigner et comprirent où ils allaient; ils accoururent alors de toutes les localités voisines et arrivèrent à pied à cet endroit avant Jésus et ses disciples.
Quand Jésus sortit de la barque, il vit cette grande foule; son cœur fut rempli de pitié pour ces gens, parce qu'ils ressemblaient à un troupeau sans berger. Et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses. Il était déjà tard, lorsque les disciples de Jésus s'approchèrent de lui et lui dirent: «Il est déjà tard et cet endroit est isolé. Renvoie ces gens pour qu'ils aillent dans les fermes et les villages des environs acheter de quoi manger.» Jésus leur répondit: «Donnez-leur vous-mêmes à manger!» Mais ils lui demandèrent: «Voudrais-tu que nous allions dépenser deux cents pièces d'argent pour acheter du pain et leur donner à manger?» Jésus leur dit: «Combien avez-vous de pains? Allez voir.» Ils se renseignèrent et lui dirent: «Nous avons cinq pains, et aussi deux poissons.» Alors, Jésus leur donna l'ordre de faire asseoir tout le monde, par groupes, sur l'herbe verte. Les gens s'assirent en rangs de cent et de cinquante. Puis Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel et remercia Dieu. Il rompit les pains et les donna aux disciples pour qu'ils les distribuent aux gens. Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Chacun mangea à sa faim. Les disciples emportèrent les morceaux de pain et de poisson qui restaient, de quoi remplir douze corbeilles. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes.
Marc 6, 30-45

Quand les Apôtres revinrent, ils racontèrent à Jésus tout ce qu’ils avaient fait. Alors Jésus, les prenant avec lui, partit à l’écart, vers une ville appelée Bethsaïde.
Les foules s’en aperçurent et le suivirent. Il leur fit bon accueil; il leur parlait du règne de Dieu et guérissait ceux qui en avaient besoin.
Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent: «Renvoie cette foule: qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres; ici nous sommes dans un endroit désert.»
Mais il leur dit: «Donnez-leur vous-mêmes à manger.»
Ils répondirent: «Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple.» Il y avait environ cinq mille hommes.
Jésus dit à ses disciples: «Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ.»
Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient: cela faisait douze paniers.
Luc 9, 10-17

Image multiplication des pains


Pistes de discussion, évangile de la multiplication des pains: Texte de Marc

Jésus et ses disciples partent en barque, à l'écart, dans un endroit isolé pour se reposer un peu.
La foule les voit s'éloigner et décide de les devancer et d'aller les attendre sur le lieu d'arrivée.

*Jésus sort:
"Sortir", le mot est important! Voir aussi en caté, la rencontre "Sortir".
Jésus sort de la barque. La barque a été pour lui et ses amis le lieu isolé pour se reposer un peu, le lieu de retraite... Lorsqu'il sort de la barque, Jésus quitte l'Intimité, le lieu de Ressourcement, l'Enveloppe d'Amour et de Tendresse... Lorsqu'il quitte la barque, L'Eternel enflamme son cœur de charité et le remplit de compassion pour le pauvre qui passe sur son chemin.
Sortir, c'est se dépouiller du Trésor reçu, c'est l'extraire des profondeurs pour Le partager, L'offrir généreusement, amoureusement... Sortir, c'est marcher à la rencontre de l'autre pour lui donner un peu de nous; c'est se dénuder pour vêtir l'autre, pour l'enrichir...

*La foule
La foule est là, en attente. Seule avec ses épreuves, ses tourments, son lourd fardeau... Sa nourriture quotidienne a le goût d'angoisse, de séparation, de mépris, de désespoir, de manque de pardon, de profonde solitude... Elle a faim d'autre chose; elle attend un regard, une écoute, une présence, une caresse, un soutien, une ré-union,... Elle attend un bon berger pour la guider; elle attend un bon berger qui la porte en son cœur.

*Jésus enseigne:
Jésus sort et marche vers la foule. Jésus sort de lui-même, marche vers l'autre et prend part à sa vie. Il voit les regards qui cherchent son regard; il voit les yeux qui cherchent ses yeux; il voit les cœurs qui cherchent son cœur. Il répond à une attente, se met au service d'une foule, partage le malheur d'autrui. La foule se sent comprise, respectée, aimée... Elle écoute... Elle se rassasie.

*Et le temps passe...
Les disciples (qui ont déjà perdu le titre d'apôtres-->voir plus haut dans l'évangile) insatiables, voient l'heure avancée... Il est tard, la fatigue de la journée se fait sentir et ils ont faim. Il faut donc renvoyer ces gens, quitter ce lieu désert; il n'y a rien ici pour subvenir aux besoins des hommes. (On remarquera que la foule ne réclame rien).
Les disciples ne sortent pas d'eux-mêmes! Ils pensent trop à eux, ils sont trop collés à leur "JE", ils se regardent, ils veulent renvoyer la foule sans rien avoir donné. Les disciples n'ont pas un regard dirigé vers l'autre. Du coup, ils se désolidarisent de la foule et ne font pas partie de l'unité. Ils sont comme étrangers dans un pays qui ne les intéresse pas.
Et ce soir, dans ce désert, dans cette nuit toute enveloppée de dénuement, de manque, de rien, les compagnons de Jésus ne comprennent pas pourquoi ils devraient s'enraciner là, au "ras de la terre", là où tout est carence et besoin.

*Jésus voit d'un autre œil:
Jésus aime! Et aimer, pour lui, c'est rejoindre l'autre dans son bonheur ou son malheur ( le manque, la joie, la pauvreté, l'attente,...) et c'est aussi partager les dons reçus. Les disciples ont pu "faire et enseigner beaucoup" (Marc 6-30), ils n'auront en fait rien fait s'ils n'agissent pas maintenant en donnant d'eux-mêmes.
S'ils se protègent encore, s'ils se carapaçonnent dans leur égo, leur mission n'aura même pas été entamée parce que la mission commence lorsqu'elle est réponse à une attente, à une demande. C'est maintenant que les gens attendent, c'est maintenant qu'ils espèrent; c'est donc maintenant qu'il faut agir, se dépasser, se mettre au service de, faire UN avec la foule.

*Jésus pousse ses amis à agir:
"Donnez-leur vous-mêmes à manger."
C'est vous qui êtes à partager, à offrir; c'est le don de votre profondeur à la souffrance, à la solitude, au manque, qui deviendra pain pour ces êtres en attente; c'est votre générosité d'accueil, d'écoute, de présence à l'autre, votre communion véritable avec le cœur des autres qui seront rassasiement pour la foule affamée... Vous devez devenir Pure Offrande...
Le don tiré des profondeurs de l'âme, véritable dépassement, est dévouement à Dieu, entrée dans Le Flux de l'Amour.
Jésus invite ses amis à plonger dans le cœur des hommes.

*Les disciples écoutent mais ne comprennent pas:
Ils partent sur les routes crier la conversion (Mc 6,12), mais eux-mêmes ne changent pas. Ils ne se donnent pas. Sans doute se sentent-ils démunis, en manque... Leurs moyens sont pauvres... Peut-être leur faut-il "partir acheter pour donner"? Partir pour recevoir encore? S'enrichir pour avoir plus à éparpiller?
Pour Jésus, cela ne semble pas nécessaire. Chacun possède en lui quelque chose de Beau, quelque chose de Bon pour l'autre et ce quelque chose -même s'il semble dérisoire- il faut le donner. L'offrande n'est pas geste aisé, surtout quand on a peu... Elle nécessite un dépassement, un surpassement... Mais c'est en extrayant ce trésor du tréfonds de l' âme et en l'abandonnant aux hommes que l'on reçoit avec une abondance plus grande encore...
Le Don de Dieu est Surabondant; les disciples le croient-ils? Les disciples sont-ils entrés dans la foi?

"-Offre aux gens et qu'ils mangent.
-Mais, je n'ai pas assez pour cent personnes.
-Offre aux gens et qu'ils mangent, il y aura des restes..."
(Elisée 2R4, 42-44)

*S'asseoir ensemble:
Lorsque des êtres s'assoient ensemble pour partager le manque, l'indigence, la souffrance, ils deviennent tous égaux, pauvres de la même manière et fortement unis. C'est en cela qu'ils deviennent Peuple de Dieu... Et Le Très Beau, contemplant ses enfants ainsi ré-unis, laisse couler son Cœur vers leurs âmes, les arrosant ainsi de Sa Générosité surabondante: l'herbe verte du désert.
Petite parenthèse avec un extrait du livre de sœur Emmanuelle: "Le paradis, c'est les autres". Dans sa maison de retraite du sud de la France, Sœur Emmanuelle se pose une question concernant sa vie passée dans les bidonvilles du Caire:

Qu'est-ce qui là-bas pouvait expliquer cet incroyable sentiment de bonheur qui m'animait?...
Là-bas, je m'asseyais par terre... l'âne brayait... les rats se démenaient... on buvait du thé... on partageait la même pompe... on respirait le même air... On regardait le même magnifique ciel étoilé... Tu comprends? Je vivais avec.

*Accueillir le don de Dieu:
Jésus, assis avec ses frères sur l'herbe verte du désert, lève les yeux au ciel. Il accueille pleinement ces instants d'intimité, ces instants précieux où les cœurs se rejoignent pour ne plus être qu'UN.
Jésus prend aussi ce que l'Eternel offre généreusement: il capte La Pleine Lumière, Celle qui rassasie, il La laisse imprégner les fibres de sa vie, La laisse circuler. Puis, le regard tourné vers Le Ciel, il remercie. Il prononce la bénédiction, il fait connaître aux hommes La Grâce de Dieu...
Jésus ne retient rien pour lui; il laisse "passer". Il partage ce qu'il reçoit: La Vie de sa vie, et la donne à ses amis pour qu'ils La donnent à leur tour. Jésus essaie de s'éclipser pour que ses disciples entament l'action, pour qu'ils entament leur mission.
(On notera le parallèle avec le récit de l'Eucharistie: Jésus prend, prononce la bénédiction, rompt le pain, le donne.)

*Les douze paniers pleins: les douze apôtres.
En fin de texte, les disciples accueillent, agissent, donnent. Leur abnégation ( en restant, ils se sont dépassés, ils se sont oubliés) suffit à faire lever des aurores. Ils rassasient une foule et dans le même temps s'enrichissent... Lorsque tous sont assouvis, il reste encore de quoi remplir douze paniers... douze apôtres. Et ce nouveau trésor sera à partager, à offrir, à vider... Dieu saura le remplir au fur et à mesure de son amenuisement... (-->Voir Tagore)

En fin d'évangile, tous s'ouvrent au partage! La multiplication des pains correspond à la multiplication de l'ouverture des cœurs.

*Les nombres du texte:
Les nombres 100 et 50 évoquent sans doute l'organisation des fils d'Israël au désert pour former le Peuple de Dieu. Voir Exode (18,21).

La foule = 5000 personnes. On remarquera que 100x50 = 5000. En cette fin de texte, le Peuple de Dieu est organisé. Au début du texte, on parlait d'une grande foule qui ressemblait à un troupeau sans berger. Cette foule allait sans doute de-ci de-là, sans trop savoir vers où se diriger. En fin de texte, la foule a trouvé un berger, un guide.

Le nombre douze peut faire penser aux douze tribus d'Israël ou aux douze apôtres.
L'addition des chiffres cinq et deux fait sept. Sept est le chiffre des païens (les sept sages de Grèce). L'ouverture aux nations païennes peut être pressentie ici.


Bilan:

Image multiplication des pains


La multiplication des pains dans nos vies:


Vivre le moment présent: C'est dans le présent que nous pouvons rencontrer autrui. C'est dans le présent que nous pouvons agir. C'est dans le présent que nous pouvons répondre aux attentes des autres. Ne pas passer son temps à regarder le temps passer ("Les disciples voient l'heure avancée").


Un powerpoint: Cueille le temps. Envoyé par Roseline.

CLIQUER ICI POUR TELECHARGER LE POWERPOINT.


Essayer de "Sortir" pour marcher vers les autres.
Essayer d'entendre les demandes, de voir les cœurs qui souffrent, de répondre à leurs appels. Oser vivre avec l'autre en étant proche de lui, en s'asseyant un temps avec lui, en l'écoutant, en partageant...
Des demandes, il en existe tous les jours dans nos vies... tout près de nous... (Dans nos familles, à l'école, dans notre quartier) . Mais nous ne les entendons pas toujours et parfois nous ne voulons pas les entendre. Ne pas hésiter à demander à Dieu un cœur qui écoute, un cœur qui entende, un cœur généreux, un cour courageux.
Voir la bande dessinée dans caté: "Le plus grand commandement".


Confiance:
Nos moyens sont pauvres, limités. Parfois, nous aimerions bien répondre à une demande mais nous nous sentons incapables.
Ici, faire confiance à Dieu. Si une demande d'aide, de soutien, d'écoute nous a été adressée, c'est sans aucun doute parce que nous avons quelque chose à donner. Parfois, on ne connaît pas soi-même ce qui vit en notre cœur et qui peut faire le bonheur des autres. Ne pas oublier de partir sur le chemin en prenant La Main de Dieu. (Le Don de Dieu est Infini! Nous pouvons Le prendre, L'accueillir, remercier Dieu pour Ce Don gratuit, Le donner, L'éparpiller.)


Quelques mots très importants qui disent la Circulation de La Vie Divine: accueillir, prendre, remercier, laisser vivre, partager, donner.
Le Trésor, Celui qui permettra à d'autres de Vivre, de s'épanouir, ne vient pas de nous. Il est Don de Dieu! Il nous est proposé; il ne faut pas hésiter à Le prendre, à L'accueillir. Mais Ce Trésor n'est pas pour nous, pour Le garder, pour L'enfermer. Pour que l'Amour vive en nous, reste en nous, Il est à donner chaque jour. (Ici, rapprochement avec les mots de l'Eucharistie)


Un powerpoint: la bougie donne tout.

CLIQUER ICI POUR TELECHARGER LE POWERPOINT.


Un très beau texte autour de l'offrande: "Le mendiant" de Tagore.
Pour une explication de ce texte voir en caté: l'hindouisme: 3-Tagore: un grand poète hindou.


Image le mendiant


Ne pas penser qu'à soi. En centrant la vie sur soi, on ne prend jamais le chemin de Dieu; on reste enfermé, isolé.
En centrant la vie sur soi, on ne trouvera jamais le temps, ni les moyens.


Si tu crois que tu n'as vraiment rien à donner, lis, ci-dessous, l'un des petits textes:

"Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup. Il enrichit ceux qui le reçoivent sans appauvrir ceux qui le donnent. Il ne dure qu'un instant mais son souvenir est parfois éternel! Personne n'est assez riche pour s'en passer. Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter. Il crée le bonheur au foyer. Il est le signe sensible de l'amitié. Un sourire donne du repos à l'être fatigué, rend du courage aux plus découragés. Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler. C'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne. Si quelque fois vous rencontrez une personne qui ne sait plus avoir le sourire, soyez généreux et donnez-lui le vôtre car nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut plus en donner aux autres..."
Gandhi

"Le premier service dont nous sommes redevables aux autres, c'est DE LES ECOUTER.
De même que le commencement de notre amour pour Dieu consiste à écouter Sa Parole, de même le commencement de l'amour du prochain consiste à apprendre à l'écouter.
Celui qui estime son temps trop précieux pour pouvoir le perdre à écouter les autres n'aura en fait jamais de temps pour Dieu et le prochain; il n'aura plus de temps que pour lui-même, pour ses idées et ses discours personnels."
Dietrich Bonhoeffer



Ne jamais oublier: Le Don de Dieu est infini!


La multiplication des pains: images:

Image multiplication des pains Image multiplication des pains


L'évangile de la multiplication des pains de manière plus ludique:


Lire l'évangile puis compléter la BD:

Ci-dessous, quelques phrases en désordre. Elles te serviront à remplir la BD (cases blanches sous les images). Tu peux bien sûr inventer tes propres phrases.
"Mais le soir arriva vite; les disciples s'approchèrent de Jésus et dirent:"
"Jésus enseigna à la foule beaucoup de choses"
"Jésus donna les pains et les poissons aux disciples pour qu'ils les partagent entre tous!"
"Chacun mangea à sa faim. Avec les restes, les disciples remplirent douze corbeilles."
"Quand Jésus sortit de la barque, il vit la grande foule."
"Nous avons cinq pains et deux poissons."

Dans les bulles, on pourra écrire:
-Renvoie ces gens pour qu'ils aillent acheter de quoi manger!
-Donnez-leur vous-mêmes à manger!

Image multiplication des pains



La foule; Jésus: Barre les mots.

Image multiplication des pains


Les disciples: Barre les mots:

Image multiplication des pains

Réponses possibles première et seconde image:
La foule est en route, à l'écoute, nombreuse, en attente et pauvre (pas forcément matériellement mais plutôt en son cœur: pauvre de Dieu). On aurait pu rajouter qu'elle est debout, prête à recevoir, prête à accueillir, pleine d'espérance. Mais elle ne sait pas où aller; elle a besoin d'un guide (comme un troupeau sans berger).
Jésus voit. Il est saisi de pitié. Il comprend la foule, il se met à son niveau. Il est avec elle, il prend soin d'elle.
Le cœur de Jésus rejoint la foule et ne fait qu'un avec elle.
Etre avec! Que le mot est important! Lorsqu'on est vraiment avec l'autre, on ne fait qu'un. Il y a communion des cœurs.
Les disciples sont un peu égoïstes, ils désirent renvoyer la foule. Ils semblent séparés de la foule et fermés. Ils sont peut-être fatigués.(Le dessin montre des disciples éloignés les uns des autres; il n'y a pas de communion. La foule, elle, est unie, compacte; elle ne fait qu'un. Elle semble prête pour une communion plus grande.)



La foule, les disciples, Jésus en vis-à-vis du Père:


-->La foule: Remets en ordre. (Pour plus de facilité, tu peux suivre l'ordre des couleurs)

Image multiplication des pains

La foule est comme un troupeau sans berger. La foule attend quelqu'un; elle cherche.
Un troupeau sans berger ne sait pas où trouver les verts pâturages, ceux qui seront bons pour son épanouissement, ceux qui lui permettront de grandir. Sans berger, le troupeau risque de s'égarer, de se perdre, de tomber dans un ravin...
La foule de cet évangile cherche un guide pour la conduire sur le chemin de l'épanouissement, sur le chemin de l'abondance, sur le chemin de Dieu.


-->Les disciples: Remets en ordre. (Les mots qualifient les disciples)


Image multiplication des pains


Expliquer le mot aveugle. Nous pouvons être aveugles lorsque nous ne voyons pas la personne triste à côté de nous, celle qui est dans le manque, dans le besoin. C'est un peu en ce sens que les disciples sont aveugles.

Les disciples ont raconté à Jésus ce qu'ils avaient fait et enseigné (voir le texte un peu avant l'évangile proposé). Mais ont-ils vraiment vu ceux vers lesquels ils ont marché?
Peut-être les disciples ont-ils encore un regard trop dirigé vers eux-mêmes... Ils ne sont pas réellement "Avec l'autre". De même, ont-ils regardé vers Le Père? Lui ont-ils fait confiance? Se sont-ils abandonnés? Ont-ils accueilli la Générosité débordante du Don de Dieu? Il semble que non! En effet, dans l'évangile, ils ne parlent pas de ce que Dieu a fait pour eux; ils ne LE remercient pas... Sans doute sont-ils encore aveugles au Don de Dieu.



-->Jésus: Complète avec les mots proposés.


Image multiplication des pains

Réponses: Jésus regarde vers les autres; il voit la détresse, le manque, la souffrance. Il comprend la foule; il est vraiment avec elle! Jésus accueille ce qu'on lui donne et il remercie Dieu. Ensuite, il partage et offre ce qu'il reçoit à ceux qui l'entourent. Chacun reçoit assez pour combler sa faim. Jésus a une grande confiance en Dieu. Il sait que son don est infini!


-->Dieu:

Ce texte nous apprend ou nous redit La Générosité infinie du Don de Dieu! Dieu n'oublie pas ceux qui ont choisi de faire route avec LUI.


L'évangile de la multiplication des pains: Jeux:


Autour d'une phrase du texte:

Image multiplication des pains


"Donnez-leur vous-mêmes à manger."
Ici, Jésus parle à ses disciples mais il nous parle aussi! Il nous encourage à donner à manger aux autres; c'est à dire à les rassasier, à combler leurs manques, à répondre à leurs attentes ( en étant: écoute, présence, aide, réconfort, soutien,...). Sur ce chemin, ne pas oublier de prendre La main de Dieu. Il nous donnera son pain, son aide, sa manne...
Un sourire, un sms sur le portable, une petite lettre, une visite, des petites choses toutes simples peuvent illuminer une journée, peuvent remettre debout...



Retrouve une phrase:


Image multiplication des pains


" A celui qui a faim donne de ton pain, mais à celui qui est triste donne de ton cœur."



Le pain:

Dans le tableau, barre tous les prénoms des amis de Jésus. Il te restera une belle phrase. D'où vient cette phrase?
(On pourra donner les prénoms difficiles auparavant)


Image multiplication des pains


Réponses: Il faut barrer: Pierre, André, Thomas, Philippe, Thaddée, Judas, Matthieu, Jacques, Jean, Simon, Barthélémy. Il reste une phrase tirée du Notre Père: "Donne-nous aujourd'hui, notre pain de ce jour."
(Voir cate, second trimestre, "Et si l'on priait", 5ème temps.)
"Donne-nous notre pain de ce jour": "Donne-nous ce qu'il nous faut pour vivre en enfants de L'Amour", "Donne-nous ce qui nous sera utile pour que l'Amour grandisse en nous et autour de nous."


L'évangile de la multiplication des pains: Mime:


*Marc (6-30): pas d'action.
*Marc (6-31) et (6-32): Jésus marche, suivi de ses disciples et ils vont s'asseoir dans un endroit isolé. (Les enfants passent devant l'autel et s'assoient).
*Marc (6-33): La foule arrive par le côté opposé (Si Jésus et ses amis sont à droite de l'autel, la foule arrive et s'arrête à gauche). La foule voit Jésus (certains peuvent mettre leur main au-dessus de leur front, d'autres peuvent indiquer à leurs amis que Jésus est là-bas).
*Marc 34: Jésus se lève et s'approche de la foule (Pour recentrer la scène, la foule s'approche aussi); la foule s'assoie autour de Jésus et l'écoute. Jésus reste debout, parle, il est proche des gens (L'enfant mimant Jésus doit regarder ceux qui l'entourent, se pencher vers eux, se tourner vers les uns puis vers les autres, les toucher, montrer qu'ils sont importants à ses yeux). Le groupe d'enfants mimant les disciples ne bouge pas; il reste assis à l'écart (ceci pour montrer que les disciples sont loin d'avoir compris).
*Marc 35: Le groupe mimant les disciples se lève, se rapproche de Jésus, lui tapote l'épaule pour lui parler. Jésus se tourne vers eux.
*Marc 36: les disciples, d'un mouvement de la main, montrent la foule puis une direction lointaine. La foule se lève comme hésitante. (Si possible, elle se situe en dessous de Jésus et de ses disciples pour bien mettre en valeur le mouvement qui suit)
*Marc 37: Jésus met ses mains sur les épaules d'un disciple en le regardant; puis il tourne son regard vers la foule et une de ses mains montre la foule; l'autre main essaie de pousser le disciple vers la foule. (Jésus invite ses disciples à marcher vers la foule). Le regard de Jésus va des disciples à la foule Le disciple résiste à cette poussée; on peut le faire reculer pendant que l'on lit la phrase: "Voudrais-tu que nous allions dépenser......." Les autres disciples peuvent faire un non de la tête ou mettre une de leurs mains devant eux en signe de refus.
*Marc 38 : Jésus se tourne vers ses disciples. Les disciples fouillent dans leurs sacs (prévoir des sacs en bandoulière). Ils ressortent quelques pains…
*Marc 39 et 40 : Jésus fait un mouvement de la main. Tous s’assoient. Jésus seul reste debout.
*Marc 41 et 42 : (Attention : lecture lente si possible).L’enfant mimant Jésus prend un pain, lève les yeux au ciel, lève le pain vers le ciel en signe de remerciement. Puis il partage le pain et le donne par exemple à deux disciples qui se sont levés. Ceux-ci les distribuent à la foule.
*Marc 43 et 44 : tous se lèvent. La foule s’en va calmement. Les disciples repartent avec Jésus.