hindouisme, religions, idées caté , caté, catechese,

Hindouisme

L'HINDOUISME.

Prières:
*Une prière hindoue (voir dans la rencontre).
*Le sourire de Gandhi.




_________________________________________________________



1-Et si l'on commençait par un conte?







1-Lire le conte et expliquer les mots: pilier, massue, jarre, van (panier d'osier à fond plat).

2-Compléter le tableau:





3-D'après toi, que représente le dessin qui suit?



Réponse: Le dessin représente un éléphant dessiné (en ne tenant compte que des descriptions des aveugles).



4-Dans ce petit conte, que veut nous dire l'auteur?

Les quatre hommes sont aveugles. Il ne peuvent décrire l'animal qu'en s'en approchant et en le touchant.
Chacun palpe une portion du corps. Il ne décrit donc l'éléphant que partiellement , en fonction de ce qu'il a touché et en fonction de son ressenti.
Sa description ne peut donc être qu'une approche restrictive et parfois déformée de ce qu'est vraiment l'éléphant.
..............................................Ainsi de nos idées sur Dieu...........................................
Pour l'auteur, ceux qui se querellent au sujet de Dieu sont comme ces aveugles. Ils n'ont rien vu de Dieu; ils l'ont seulement approché de différentes manières (avec des coeurs, un vécu, des acquis, un langage,..., différents).
Ce qu'ils voudront bien nous raconter ne sera pas faux mais ne sera qu'un aspect, qu'une parcelle de L'Infini. (Voir aussi dans approfondissement: le culte ->A la maison)
Alors, à quoi bon se disputer si Dieu est encore plus Haut, plus Grand, plus Merveilleux que toutes les belles pensées que nous pouvons avoir à Son sujet...

(Sans doute l'auteur de ce joli petit conte n'a-t-il pas choisi l'éléphant par hasard. Dans l'hindouisme, l'éléphant représente la sagesse, la patience. Le dieu Ganesh à tête d'éléphant est aussi celui qui aide à surmonter les obstacles... )



5-Que nous apprend ce texte?

*Il nous aide à réfléchir sur nous-mêmes: nous sommes tous un peu aveugles; il s'agit de ne pas l'oublier... Nous ne savons pas tout... Les autres portent aussi une part de vérité.
Peut-être pouvons-nous parsemer dans notre vie un peu d'humilité... Peut-être pouvons nous aussi ouvrir notre vie en direction des autres non pas pour leur apprendre mais plutôt pour les écouter: écouter ce qu'ils ont à nous dire de beau...
*Il nous offre une approche de l'hindouisme: chacun porte en son coeur une image de Dieu. Une image qu'il aime vénérer et qu'il voudrait défendre... Cette image n'est sûrement pas fausse mais elle ne représente pas La Totalité divine.
L'hindouisme laisse donc à chacun le choix de vénérer la parcelle de Dieu qui lui convient tout en sachant qu'elle n'est pas La Puissance Transcendante. L'hindouisme appelle aussi à respecter le choix de chacun.









2-Petit voyage avec les hindous:


(Cette seconde partie propose quelques réflexions sur l'hindouisme. Ne jamais perdre de vue que l'hindouisme est "neti neti", c'est à dire: ni tout à fait comme ceci, ni tout à fait comme cela.)


*L'hindouisme est la religion des hindous (à ne pas confondre avec les Indiens = habitants de l'Inde). Les Indiens ne sont pas tous hindous; certains sont musulmans, d'autres chrétiens,...
L'hindouisme est toutefois la religion majoritaire de l'Inde (5/6).
Il existe environ 720 millions d'hindous dans le monde.





*L'hindouisme est une religion sans fondateur. Elle est le fruit d'une "révélation anonyme". (A l'origine du judaïsme-> Moïse, du christianisme-> Jésus, de l'islam->Mahomet,... Rien de tel ici).


*Dans l'hindouisme, il n'existe ni clergé (comme on l'entend dans le christianisme par exemple), ni institution.
Les brahmanes dirigent le culte dans les temples.
Les sadhus, saints hommes très respectés, consacrent leur vie à la religion. Ils étudient les textes sacrés et vivent en solitaires ou bien dans des communautés monastiques. Ils offrent leurs conseils religieux à ceux qui en ont besoin. Les textes sacrés de l'hindouisme insistent sur l'importance de ces spirituels.
D'autres, les swamis (ou gurus), fondent des petits monastères ("ashrams"), autour desquels des disciples se réunissent spontanément....




Le brahmane rend hommage à Dieu.

Un sadhu priant dans la rue avec son rosaire. Dans le récipient, les passants peuvent déposer de la nourriture ou un peu d'argent.





*Les hindouistes sont unis autour des textes anciens et autour de conceptions communes (réincarnation, rang (varna), soumission au dharma,...) mais ils connaissent des pratiques religieuses très riches et très diverses. Il n'existe dans cette religion ni credo, ni rituels établis.


*Les quatre rangs (=varna ) et les intouchables:
->Les brahmanes: les gardiens de la loi védique, les préposés aux rites religieux et à l'enseignement.
->Les kshatrya: les guerriers; ceux qui défendent et régissent la société.
->Les vaishya: rang des agriculteurs, des marchands, de tous ceux qui nourrissent la société.
->Les shüdra: rang inférieur des serviteurs.
->Tout un ensemble de personnes sont exclues de ces rangs: ce sont les intouchables. Considérés comme impurs du fait de leurs activités (tanneur, vidangeur,...), ils vivent dans des quartiers qui leur sont réservés . Ils ont toutefois la possibilité de se "décaster" en prenant leur bâton de pélerin et en devenant "renonçant". Aujourd'hui, malgré les lois qui abolissent les privilèges et interdisent l'intouchabilité, les castes sont encore une réalité (surtout dans les campagnes).


*Le dharma: l'ordre juste des choses, la loi universelle. L'hindou est soumis au dharma, c'est à dire à l'ordre cosmique permanent et, sur le plan individuel, au devoir, à la vertu, à la loi, à la justice (devoir auquel chacun est soumis durant sa vie selon sa catégorie (varna) et ensuite selon son âge: à chacune des quatre périodes de la vie, des efforts particuliers sont à accomplir).


*La réincarnation: on naît pour mourir et pour renaître encore. C'est la roue des renaissances successives, la ronde des existences (=samsâra). Une loi préside à ces renaissances: la conduite humaine, les actes individuels (=karma) conforment ou non au dharma. On renaît dans une caste plutôt que dans une autre en fonction de nos actes effectués dans nos vies antérieures.
Notre karma personnel (c'est à dire l'ensemble de nos actes) produit un "capital d'existences" qui nous oblige à renaître. Tout se passe comme si chaque vie qui ne brûle pas son karma (par connaissance ou ascèse, renoncement et détachement de tous liens) est appelée à renaître.
Le salut consiste à sortir du cycle des renaissances. Ne plus renaître est la libération suprême. On parvient alors à s'unir à l'absolu, à l'universel.
Plusieurs possibilités pour atteindre ce but:
->Devenir un renonçant: abandonner son rang social pour l'errance et le dénuement.
->Accomplir ses devoirs de façon totalement désintéressée. L'action est supérieure à l'inaction (il faut être attentifs à l'accomplissement des oeuvres) mais l'action "enchaîne" aussi... Il nous faut donc agir sans attachement; nos entreprises doivent être désintéressées; nous devons abandonner tout attachement aux fruits de l'acte, ne rien demander, ne rien attendre... Etre satisfaits de ce que l'on reçoit par hasard, être le même dans le succès ou le revers...
->Déposer tous ses actes en Brahman... Lui dédier les oeuvres accomplies...
*Les textes sacrés:

->Les plus anciens appelés "Samhita" furent composés entre 1500 et 800 avant notre ère. Ce sont des louanges, des prières aux dieux mais aussi des spéculations sur l' origine du monde.
->Les "Upanisad", écrits entre -800 et -300, présentent l'homme comme un microcosme de même structure que l'univers.
L'ensemble de ces textes (Samhita + Upanisad) forment le Veda (qui signifie le "savoir").

->Une seconde partie de textes qu'on appelle "Smriti" a été rédigée aux débuts de l'ère chrétienne. C'est dans ce groupement que l'on trouve "Les Lois de Manu" (droits et devoirs des rangs (varna) et des âges de la vie) et la " Bhagavad-Gitâ" ( "le chant du bienheureux") qui est aujourd'hui encore le livre de chevet de l'hindou pieux et qui fut celui de Gandhi.
*La Bhagavad-Gitâ: est un chant, un dialogue avant une bataille entre un guerrier et son conducteur de char. Ce conducteur propose à chacun, roi ou balayeur, d'accomplir de façon désinteressée son devoir, d'agir en étant détaché des fruits de l'acte et de devenir ainsi un "bhakti" participant à l'oeuvre divine. La voie de la bhakti est celle de "l'abandon d'amour"; on se soumet totalement à la volonté du pur Amour. Le Dieu auquel on se confie est un être personnel aimant et susceptible d'être aimé, un Seigneur qui ne nous abandonne jamais. La grâce du Seigneur permettra au fidèle d'accéder au salut et d'échapper au cycle des réincarnations. La Bhagavad-Gitâ enseigne l'importance du devoir et de la dévotion au Dieu Suprême.
"A ceux qui Me sont constamment dévoués et qui Me vénèrent avec amour, Je donne la compréhension par laquelle ils peuvent venir à moi."
"Celui qui me dédie les oeuvres qu'il accomplit, celui dont je suis la fin suprême, mon dévot, libre de tout attachement et de toute hostilité à l'égard de l'ensemble des êtres, c'est celui là qui vient à moi!"
"Celui qui me voit partout et qui voit le Tout en moi, je ne suis jamais perdu pour lui et il n'est jamais perdu pour moi... Celui qui me voit résidant en tous les êtres est toujours présent en moi..."
"L'action est inévitable; elle est supérieure à l'inaction... Le sage doit agir sans s'attacher à l'acte ou aux fruits de l'acte... Il doit renoncer à toutes appropriations... "
"La connaissance vaut mieux que la pratique assidue... Le recueillement l'emporte sur la connaissance... L'abandon des fruits de l'acte l'emporte sur le recueillement... La paix suit immédiatement cet abandon."



*La puissance transcendante:
De nombreux hindous pensent qu'il existe, au niveau suprême, une puissance invisible, âme universelle une et absolue, infinie, à la fois transcendante et immanente qui se révèle en prenant des incarnations (avatars) variées. Cette puissance se révèle de multiples façons: dans la création (elle est représentée par Brahma); dans le maintien de l'équilibre entre les forces du bien et du mal (elle est représentée par Visnu le protecteur); dans le cycle de destruction et de régénération (elle est représentée par Shiva le destructeur et régénérateur), et dans de multiples divinités...





"Nombreux sont les noms de Dieu
et
infinies les formes qu'Il emprunte..."




Shiva, le destructeur et
le recréateur de l'univers.


Brahma, le créateur.


Vishnou le doux, le bienveillant,
le compatissant, le protecteur,
l'océan infini de l'univers.




*Les divinités secondaires:
Dans les familles, les hindous dédient le plus souvent leurs prières à la divinité qu'ils ont eu l'habitude de vénérer dans leur enfance. Les divinités les plus vénérées sont Visnu et Shiva....
Quelques exemples parmi les autres divinités:
->Mahadevi (Devi): la déesse-mère, la Grande Déesse.Une place importante est réservée à cette mère universelle.
->Parvati, l'épouse aimante douce et attentionnée...
->Ganesh, le dieu de la sagesse. Il aide les humains en supprimant les obstacles. C'est une divinité importante dans les cérémonies de mariage.
->Chandra, le dieu lune, a une influence sur la santé des gens.
->Rama, l'un des plus populaires des dieux hindous, a des qualités exceptionnelles; il est honnête et vertueux.
->Kali, déesse chasseresse de démons. Son pouvoir de destruction est positif parce qu'elle combat le mal.
->Krishna, l'enfant dieu. Il a eu une enfance heureuse, c'est pourquoi il apporte le bonheur.





Krishna, l'enfant-dieu.
Il apporte le bonheur.


Ganesh, le dieu de la sagesse.
Il aide à surmonter les obstacles.




*Le culte: peut se pratiquer dans des temples mais aussi à la maison. ->Au temple: certaines personnes (les brahmanes) dirigent le culte. Ils présentent au dieu les offrandes de fleurs, de nourriture, d'argent faites par les fidèles... Les offrandes peuvent être ensuite ramenées à la maison ou redistribuées aux pauvres.(L'important pour le dieu vénéré n'est pas la taille de l'offrande (on peut mettre quelques grains de riz sur une feuille de bananier) mais la façon de la présenter: l'offrande doit être belle.... La divinité ne garde pas l'offrande; elle se nourrit juste de son "essence" ).



Un petit temple.


Procession d'offrandes.


En route vers le temple.


Offrandes en pâte de riz.


Procession d'offrandes pour l'anniversaire d'un temple.


Prière au temple.






->A la maison: il suffit d'avoir l'image d'une divinité. L'image représente une "parcelle" de Dieu; c'est à cette parcelle (qui peut être compassion, courage, générosité, soutien, douceur, création, sagesse, amour,...) que l'on rend hommage. L'une des pratiques essentielles du culte est de regarder cette image pour être en présence de Dieu. Devant cette image, on peut dire des prières, individuellement ou en famille. Souvent, on fait brûler un bâton d'encens pour purifier l'air.


A la maison, les hindous possèdent
des petites chapelles portatives
dédiées à la divinité
qu'ils vénèrent.



->On trouve aussi à l'extérieur (devant une maison, au milieu d'un champ, au pied d'un bel arbre, d'une source, sur un lieu élevé,...) de petits oratoires où chacun peut venir prier ou déposer une offrande. L'hindou est sensible au divin qui habite toute la créaion. Il est attentif à remercier pour l'eau qui coule, pour un joli paysage, une belle fleur...


*Les grandes fêtes: ->La plus grande fête de l'Inde est celle de la déesse-mère vénérée sous différents noms et différentes formes. Cette fête dure 10 jours. La vie habituelle s'arrête alors et laisse place à des jeûnes, des prières, des chants, des danses et des repas somptueux pris en famille.
->La plus belle fête est peut-être celle des lumières. Pendant plusieurs jours des lampes à huile brûlent sur le bord des fenêtres, autour des temples et des statues des dieux. Cette fête prend des allures de carnaval.
->La fête de Holi: fête du printemps et de l'amour... Une fête très aimée des enfants: on fait de grands feux dans les rues; on asperge les passants d'eau et de poudre de couleurs...
->Une jolie fête, celle de Raska Bandhan, a pour but de rappeler aux hommes leur devoir de protéger les femmes. Les jeunes femmes attachent aux poignets de leur frère ou d'un autre homme des bracelets de corde (les rakhis). Ceux-ci, en retour, leur promettent protection.




*Le Gange, le fleuve sacré: Chaque jour, des millions de personnes viennent prier au bord du fleuve sacré. Les hindous pensent que le Gange a le pouvoir de purifier l'esprit autant que le corps.Certains s'y baignent parce qu'ils désirent se débarrasser de tous leurs péchés... D'autres abandonnent au fleuve des petites offrandes (barquettes flottantes remplies de fleurs, de bougies, de fruits) pour le remercier de la vie que ses eaux apportent...
Le jour de la fête de Kumbh Mela, le Gange tient le premier rôle. Les hindous participent en grand nombre à ce pèlerinage. Ils se baignent, prient, font des offrandes aux saints...

Hindous priant au bord du fleuve sacré.

Bains de purification.


Bains de purification.









3-Tagore: un grand poète hindou. (1861-1941)




*Le texte de Tagore:

Notre mendiant chemine sur les sentiers du village et quémande quelques grains de blé aux portes des maisons. Les portes s'ouvrent et la besace se remplit plus ou moins selon les jours... Un petit tas de pauvres petits grains de blé se forme peu à peu...
Notre mendiant reçoit donc des êtres alentours! Faiblement peut-être, mais sûrement...

Arrive un chariot d'or, splendide, magnifique, comme celui d'un roi........ Comme celui du Roi des rois! L'abondance, la richesse sont là, tout près; elles s'arrêtent aux pieds de notre ami ébloui...

Celui-ci se met à rêver: il se voit déjà comblé de bienfaits... Sa vie va être très certainement transformée! N'est-ce pas la générosité, promesse de bonheur, qui s'approche de lui???

Mais c'est à un réveil quelque peu brutal qu'est contraint notre rêveur! ... En effet, la richesse qui s'approche ouvre la main pour mendier: "Qu'as-tu à me donner?"...
L'esprit de notre mendiant est un peu embrouillé. Que peut-il donner lui qui n'a que quelques grains de blé si précieux, nécessaires à sa survie? Le "prince" ne se moque -t-il pas ? N'a-t-il pas vu à qui il s'adressait?
Le pauvre de la rue se décide tout de même: il ouvre son coeur, il ouvre ses mains et donne un peu... Un tout petit peu...

Et ce petit peu se transforme en trésor....

*Notre vie:


Comme le mendiant, nous recevons des personnes alentour. Discussion: "Et toi, que reçois-tu?" (Aider les enfants à ouvrir les yeux -et ouvrons aussi nos yeux- sur ce qu'ils ont déjà reçu.)

(De leurs parents: l'amour, la tendresse, les soins, l'éducation, le pain quotidien, ... D'un ami: l'écoute, le sourire, l'accueil,... De leurs frères et soeurs: un réconfort, beaucoup de bonheur, des conseils,... D'une institutrice: une aide précieuse, de l'écoute, de la compréhension,... D'une tante, d'un parrain : une invitation, de l'affection, une présence,...)

Nous recevons tous... Mais que donnons-nous? Discussion:

(A nos parents, nos frères et soeurs, nos amis, une personne seule dans la cour, nos grands-parents,...)

*Dieu:


De Dieu nous aimerions tout recevoir. Mais que lui offrons-nous?

Dieu est un peu comme le Roi des rois du texte. Il possède une richesse inestimable, un trésor d'Amour incommensurable à semer vers la terre des hommes. Mais pour recevoir un peu de ce trésor, il faut être prêt à donner gratuitement de nous-mêmes: donner du temps, des efforts, de la patience, de la persévérance,...
Peut-être peut-on dire que le don ouvre la porte d'entrée du Royaume de Dieu.


*Quelques citations de Rabindranath Tagore:


"Tes dons infinis, je n'ai que mes étroites mains pour m'en saisir. Mais les âges passent et encore Tu verses et toujours il reste de la place à remplir."

"Et ce sera mon effort de Te révéler dans mes actes, sachant que c'est Ton pouvoir qui me donne force pour agir."

"J'ai laissé mes yeux longtemps s'égarer au loin avant de les fermer et dire:
"Tu es ici."

"La nuit, en secret, épanouit les fleurs et laisse le grand jour récolter les compliments."

"Je dormais et je rêvais que la vie n'était que joie.
Je m'éveillais et je vis que la vie n'est que service.
Je servis et je compris que le service est joie."









4-Quelques prières hindoues:




--->Toukârâm, un humble boutiquier du 16ème siècle, est un jour parti de chez lui pour méditer... Il est devenu un grand mystique hindou en composant des psaumes à l'intention des paysans.





Où que j'aille, Tu es le compagnon qui me tient la main et me conduit.
Sur cette route où je chemine, Tu es mon seul soutien.
A mes côtés, Tu portes mon fardeau.
En marchant, si je divague, Toi Tu me redresses:
Tu as brisé mes résistances, ô Dieu, Tu m'as poussé en avant.
Tous les êtres, tous les hommes sont devenus mes frères bien-aimés.
Maintenant, Ta joie me pénètre et m'entoure,
je suis comme un enfant qui joue dans une fête.







--->Une prière tamoule: (parfois chantée par des chrétiens).



Ô Toi qui es chez Toi dans le fond de mon coeur,
Que résonne Ta voix dans le fond de mon coeur.
Ô Toi qui es chez Toi dans le fond de mon coeur,
Je veux aller vers Toi dans le fond de mon coeur.
Ô Toi qui es chez Toi dans le fond de mon coeur,
Laisse-moi Te rejoindre dans le fond de mon coeur.
Ô Toi qui es chez Toi dans le fond de mon coeur,
Accueille mon offrande dans le fond de mon coeur.
Ô Toi qui es chez Toi dans le fond de mon coeur,
Fais-moi me perdre en Toi dans le fond de mon coeur.



--->Livre des Veda:



Il n'y avait encore ni ce qui est, ni ce qui n'est pas,
Ni ce qui existe, ni ce qui n'existe pas.
Il n'y avait même pas d'atmosphère
Et même pas l'espace infini qui est au-dessus de l'atmosphère.
Qu'est-ce qui bougeait alors?
Pour aller où?
Venant d'où?
Sous le regard de qui?
Il n'est même pas possible de répondre qu'il n'y avait rien,
Puisque même "rien" n'existait pas encore.
Il n'y avait ni la mort ni l'immortalité.
Le jour n'était pas encore séparé de la nuit.

Seul L'Unique respirait...



--->Swami Para Mânanda:



Comme un pêcheur de perles, ô mon âme,
Sans te lasser, persiste et persiste encore,
Plonge profond, toujours plus profond,
Et cherche!

La perle de grand prix gît profondément cachée.
Comme un pêcheur de perles, ô mon âme, plonge
Plonge profond!

Ceux qui ne savent pas le secret se moqueront de toi
Et tu en seras tout attristé.
Mais ne perd pas courage,
Pêcheur de perles, ô mon âme.









5-Qu'avons-nous retenu?:


* Complète le tableau:



(Réponses: Faux, ce sont les Indiens. Faux, l'hindouïsme est le fruit d'une révélation anonyme. Faux, ce sont les brahmanes. Vrai. Vrai. Faux, c'est beaucoup abandonner. Vrai. Faux, ce sont des divinités grecques... Dans l'hindouïsme, on trouve: Brahma, Shiva, Vishnou, Krishna,...Vrai. Faux, elles sont souvent faites de fleurs et de fruits. Vrai.)




* En complétant le tableau, tu trouveras, dans les cases oranges, le nom du fleuve sacré des hindous:



(Réponses: Gandhi; offrandes; réincarnation; Ganesh; temple. Le fleuve sacré est le Gange.)




*Remets en ordre les lettres. Tu trouveras le nom d'un texte sacré hindou.





*Remets en ordre cette phrase de Gandhi:



Réponse: La prière est la clé du matin et le verrou du soir.




*Les hindous sont vraiment très artistes; avec des fleurs, des fruits, des graines, ils arrivent à créer de magnifiques offrandes! Et toi, te sens-tu prêt à te lancer? Peux-tu dessiner une belle offrande pour Dieu? Si tu n'es pas inspiré, tu peux colorier les modèles proposés...