La cananéenne:


Prières:
*La cananéenne.
*Puisque tout amour prend racine. (... J'en planterai sur les frontières, sur les murs de séparation)
*Prière à inventer: voir fin de rencontre.


La cananéenne: Evangile de Matthieu (15,21-28) ou Marc (7,24-30).


Image cananeenne


Jésus se rendit dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache. Mais il ne put rester inaperçu: une femme entendit aussitôt parler de lui; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur; elle vint se jeter à ses pieds.
Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille.
Jésus lui dit: «Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens.»
Mais elle lui répond: «Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants!»
Alors il lui dit: « À cause de cette parole, va: le démon est sorti de ta fille.»
Elle rentra à la maison, et elle trouva l’enfant étendue sur le lit: le démon était sorti d’elle.
Marc


La cananéenne: Compléter la première image.


Image cananeenne

Image cananeenne


La cananéenne: As-tu bien compris?


Image cananeenne


La cananéenne: Mime.


Ne pas hésiter à jouer la scène plusieurs fois en inversant les rôles.
Mettre en valeur la foi de la femme et le regard admiratif de Jésus.

Petites questions:
A la place de la cananéenne, comment aurions-nous réagi?
Et à la place de Jésus (qui sans doute avait envie de se reposer)?


La cananéenne: Quelques explications.


*Jésus est en terre étrangère. Pour un juif de son époque ( et donc pour lui et ses disciples), les contacts avec les étrangers sont à éviter parce qu'ils rendent "impurs"... Jésus passe au-dessus de cette règle. Il sait bien que ce qui rend impur, ce sont les mauvaises actions, les mauvaises paroles, les mauvaises pensées,...

*Une cananéenne: c'est une femme habitant le pays de Canaan. Pour Jésus, c'est une étrangère, une païenne ( elle ne fait pas partie du peuple de Dieu). En plus, c'est une femme et, à l'époque de Jésus, on ne peut parler à une femme dans un lieu public.

*La cananéenne parle à Jésus. Comme Jésus, elle enfreint les règles: elle est femme et elle parle à un étranger dans un lieu public. La cananéenne oublie la loi parce que son amour pour sa fille passe avant tout! La cananéenne suit le mouvement de son coeur.

*Le beau visage de la cananéenne: La cananéenne se déplace et se dépasse car sa fille est tourmentée par un démon.( La petite fille est peut-être tout simplement malade... A l'époque de Jésus, on pensait que la maladie était la conséquence du péché). La cananéenne n'a pas trouvé dans son entourage quelqu'un qui puisse guérir sa fille; elle ose alors un grand déplacement, un dépassement. Malgré les frontières, les hauts murs de séparations entre traditions, pays, sexe différents, la femme marche vers Jésus. Pour elle, l'amour passe avant tout; peu importe les règles, les lois, les frontières...

*Echange entre Jésus et la cananéenne: La femme parle: "Seigneur, fils de David, aie pitié de moi!"
Dans un premier temps, Jésus ne répond pas. Sans doute n'est-il pas venu en territoire étranger pour guérir, mais plutôt pour reprendre son souffle, se reposer un peu, se ressourcer, faire retraite ( "Jésus s'était retiré..." Mat (15,21-28) ) .

Les disciples réagissent en premier: peut-être parce que les cris de la femme les dérangent: " Elle nous poursuit de ses cris!"; peut-être aussi parce qu'ils compatissent à la douleur de la mère.
Il est bon de noter que les disciples ne voient pas en cette femme étrangère une personne impure. (Ils poussent Jésus vers elle...)

Jésus leur répond qu'il n'a été envoyé que pour les pauvres, les exclus, les malades, les pécheurs,...,( les brebis perdues) d'Israël. La Bonne Nouvelle de Dieu qu'il annonce est destinée à son pays. ( On remarquera que jusqu'ici, Jésus ne s'adresse pas à la femme. Comme s'il existait une barrière, un mur infranchissable entre elle et lui. Jésus appartient au monde des juifs, la femme à celui des païens...). A ce niveau de l'action, il y a comme une fermeture du débat... L'histoire pourrait être close...

Mais la femme ne l'entend pas ainsi! Elle insiste et n'hésite pas à se prosterner devant lui en le suppliant: "Seigneur, viens à mon secours!". Cette femme, encore aujourd'hui, est touchante. Sa foi est magnifique, admirable, sa confiance est belle! En s'approchant, en se prosternant, en implorant Jésus, elle risque les moqueries, les critiques, les reproches de son entourage... Elle risque aussi d'être rejetée... Mais qu'importe!

Jésus ne l'encourage pas à poursuivre. Il porte un regard vers elle, il entame une conversation, mais sa réponse est dure; elle peut choquer, blesser! Ce que la femme fait (demander le pain réservé au peuple juif) n'est pas à faire.
"Les petits chiens" (les païens) n'ont pas à prendre le pain des enfants...

La cananéenne, en entendant ces paroles, pourrait se vexer, se refermer (qui aimerait s'entendre traiter de petit chien?)... Rien de tout cela ici! Humblement, elle reçoit les paroles qui lui sont adressées... Elle va même plus loin en allant dans le sens de Jésus : " C'est vrai, Seigneur,..." et en ne demandant qu'à manger les miettes ( de toutes petites choses par rapport au pain) qui tombent de la table (non pas celles qui restent sur la table et qui seront données aux oiseaux du ciel, mais celles qui seront balayées).
La femme est humble, petite, insignifiante... Les mots du texte le disent (c'est une païenne, elle se prosterne, elle mange les miettes qui tombent de la table des maîtres. Elle se laisse appeler "petit chien").
La femme est humble, mais immense dans sa foi, immense dans le don qu'elle fait d'elle même, immense dans son dépassement! Elle donne tout, elle se fait toute petite (comme un petit chien sous la table) pour pouvoir tout accueillir.
Noter aussi son admirable persévérance: Dans un premier temps, Jésus semble indifférent; en réponse, la cananéenne s'accroche. Dans un second temps, il dit n'être venu que pour Israël; la cananéenne se prosterne. Dans un troisième temps, Jésus lui dit:"ce n'est pas bien..."; la femme acquiesce...

Jésus se laisse interpeller, déplacer par la foi d'une cananéenne. Peu à peu, son regard change... Et si sa mission concernait aussi les étrangers?
Aujourd'hui, une femme s'est faite toute petite... Aujourd'hui, une femme païenne a témoigné d'une foi admirable... Aujourd'hui, une femme a ouvert un chemin: Pourquoi ne pas ouvrir en grand les portes d'Israël?? Pourquoi ne pas laisser circuler Le Courant Divin??

Le Trésor de Dieu, le Pain de Dieu, le Don de Dieu sont à partager avec tous ceux qui le désirent.
(Pour dire cela, l'évangéliste a encadré le récit de la cananéenne de deux récits de multiplication des pains. Lors du 1er récit, on ramasse 12 corbeilles de pain: le nombre 12 représente Israël et ses 12 tribus. Lors du second récit, on ramasse 7 corbeilles: ce chiffre évoque les nations païennes).
C'est le début d'une nouvelle Alliance.

*Le miracle n'est pas forcément un fait spectaculaire ou merveilleux. Souvent, il est très discret et seules les personnes concernées le vivent comme tel, c'est à dire comme une intervention de l'Amour. Dans un miracle, il y a "Dieu avec nous", Dieu présent qui se révèle dans un moment de Pleine Lumière! L'Eternité passe dans nos vies dans un court instant, une fulgurance, un murmure,... mais qui ont des répercussions sur nos vies.
Bien sûr, Dieu est toujours avec nous. Mais notre coeur trop souvent fermé, replié, occupé, inattentif,..., ne reçoit pas Sa Présence, ne laisse pas passer Sa Vie, ne La laisse pas résonner. Trop souvent, nous passons à côté de très Beaux Rendez-vous...
L'Amour divin est un baume pour nos plaies, nos manques, nos peurs vis à vis de l'étranger; c'est une aide précieuse qui transforme vers toujours plus d'amour, une aide qui nous fait aller au-delà de nous-mêmes.

*Combien de miracles dans ce texte? On peut répondre: un! Dieu agit pour la guérison de l'enfant.
En poussant un peu, on trouve quatre miracles, quatre dépassements, quatre irruptions divines... Un miracle en cache souvent d'autres...
*D'abord, le miracle de la foi de la cananéenne qui s'accroche malgré tout (calme plat ou tempête). Son "OUI" est vraiment profond, ancré en Dieu, comme porté par Une Présence Autre. Dieu est là...
*Ensuite, le miracle du regard de Jésus qui se laisse toucher, transformer, entraîner, aimanter par Un Courant Autre... Un Courant qui pousse à regarder vers l'étranger... Un courant qui pousse à faire tomber des barrières. Dieu est là...
*Et encore, le miracle de guérison, né d'une rencontre entre deux êtres qui se dépassent. On pourrait dire qu'on assiste à une "naissance", à une "levée" de la vie parce qu'un être s'est abandonné avec foi et qu'un autre s'est émerveillé devant cette foi et l'a rejointe... Dieu est là...
*Enfin, le miracle du "germe", de la condensation sur un court instant d'un mouvement d'amour qui n'est né que pour s'amplifier. Deux êtres permettent un début de réunification entre juifs et païens; il existe désormais un lien indestructible, porteur d'une circulation d'amour... Dieu est là...


Dans nos vies.


-->Devenir une cananéenne: Oser demander.

Oser demander...
Parfois, c'est facile de demander: "Un morceau de pain à table", "Quelle heure est-il?"....
D'autres fois, c'est beaucoup plus difficile! (Parfois, on est un peu timide et on n'ose pas déranger... D'autres fois, on a peur de passer pour un idiot; alors on ne demande pas d'aide autour de nous... On est en fait un peu fier et on ne veut pas dévoiler aux autres nos faiblesses, nos manques... D'autres fois encore, on ne veut pas demander parce qu'on est persuadé de réussir tout seul. On n'a vraiment pas besoin des autres... Ne serait-on pas un tout petit peu orgueilleux?)
Oser demander, c'est reconnaître nos manques, notre pauvreté. C'est entrer dans une démarche d'humilité.

Face à Dieu, c'est un peu pareil... Il ne faut pas être intimidé mais il ne faut pas non plus avoir un coeur plein de fierté et d'orgueil.
Face à Dieu, il faut savoir reconnaître ses manques, son impuissance, sa pauvreté. Il faut passer par l'humilité pour recevoir Sa Grâce.

La cananéenne demande; elle n'a pas peur, elle sait que Dieu est bon; elle sait qu'il veut se donner, se communiquer.
Elle sait qu'il ne peut lui arriver que du bien...


"Demandez, et il vous sera donné ... car quiconque demande, reçoit ... Si donc vous, qui êtes méchants, vous savez donner à vos enfants des choses bonnes, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent!» (Évangile selon Matthieu chap. 7 versets 7 à 11)


La cananéenne ose se tourner vers le ciel; elle ose crier...

Et nous? Osons-nous nous tourner vers Dieu, osons-nous demander?
Osons-nous lui présenter nos manques, notre fragilité, notre impuissance?
Osons-nous persévérer encore et toujours?

Il n'est pas dit que nous recevrons ce que nous avons demandé...
parce que ce que nous avons demandé n'est pas forcément bon pour nous ou pour notre entourage...
Mais il est dit que Dieu donne de bonnes choses à ceux qui demandent...

Image cananeenne


-->Devenir une cananéenne: Oser entrer profond dans la prière.>

La cananéenne crie... puis elle se prosterne...
C'est un mouvement du corps mais surtout l'élan d'une âme touchée, d'une âme éblouie par quelque chose qui la dépasse, par quelque chose de Beau, de Grand, par quelque chose qui peut l'aider (En se prosternant, elle appelle au secours)!
Personne ne la pousse à ce geste; il est libre et naturel. Il est vrai!

On peut se prosterner parce que quelqu'un nous force. On peut aussi se prosterner sans trop savoir pourquoi, pour faire comme les autres, pour faire bien, pour être reconnu, ou dans l'espoir de recevoir... On peut aussi se prosterner, dans un élan naturel. La Magnificence de Dieu, à l'aune de notre pauvreté, nous fascine, nous émerveille, remplit notre âme d'une cascade de lumière. Et l'on ne peut que "se mettre à genoux"... (C'est notre âme, notre profondeur, qui se prosterne; On peut donc être malade et allongé, ou handicapé et assis dans un fauteuil, et se prosterner.)
Se prosterner avec vérité devant Dieu, c'est, sans avoir besoin de dire un seul mot, reconnaître qu'Il est Tout ce que nous cherchons, Tout ce que nous désirons, Toute la Beauté et Tout l'Amour.
En face de nos manques, il y a La Grandeur, La Lumière Pleine, l'Amour Infini... Tout ce qui peut nous combler...



-->Nous laisser toucher et transformer par l'autre:

Ceux que nous rencontrons, même s'ils peuvent nous paraître pauvres, petits, insignifiants, ennuyeux,...,
ont des choses importantes à nous dire, des choses qui peuvent changer profondément nos vies.
Nous devons donc toujours être ouverts et à l'écoute de ce qu'ils ont à nous dire.
Nous devons les prendre au sérieux.
Nous devons aussi, après les avoir écoutés, être capables de changer.



Cananéenne: Mots croisés:


Image cananeenne


1-A l'époque de Jésus, celui qui n'était pas juif était considéré comme......
2-Synonyme de foi.
3-Le berger les garde.
4-Il aboie.
5-Elle s'incline jusqu'à la terre en s'agenouillant= elle se......
6-La cananéenne en pousse: des...(au singulier dans le mots croisés).
7-Domaine du roi.
8-Il n'est pas païen, le....
9-Personne qui vit en solitaire et qui se consacre à la prière: un......
10-Adulte du sexe féminin.
11-Il continue, il persiste: il......
12-Elle peut tomber de la table: la.......
13-Prodige. Révélation de Dieu dans nos vies.
14-Qui vient d'un autre pays: un......
15-La cananéenne habite dans le pays de .........
16-Pour Jésus, Dieu en est un.


Réponses: païen, confiance, brebis, chien, prosterne, cri, royaume, juif, ermite, femme, persévère, miette, miracle, étranger, canaan, père.


Cananéenne: Bilan:


Ecrire un petit bilan personnel. L'entourer ensuite de drapeaux multicolores ou de personnes complètement différentes: hommes, femmes, infirmes, athlètes, enfants, noirs, blancs, musulmans, juifs, chrétiens, ...


Image cananeenne Image cananeenne Image cananeenne


Temps de l'invention: (Prière)


Exemple d'une équipe:

Mon Dieu,
Tu veux entrer en relation avec tous les hommes:
Avec Sarah, avec Antoine, avec Arnaud,
Avec Nicolas qui aime la pizza,
Avec Virginie, avec Alisson,
Avec Clément qui aime le foot,
Avec Marybelle, avec Sébastien,
Avec Carole et sa maman,
Avec le plombier qui est venu ce matin,
Avec le musicien qui me fait rêver,
Avec le dentiste dont j'ai peur,
Avec ceux qui dansent et ceux qui pleurent...
A tous tu offres Ton Amour,
Pour que le monde transforme ses couleurs,
Ses couleurs grises en couleurs claires...
Aide-nous à L'accueillir!



Exemple d'un enfant, aidé par sa maman:
La Cananéenne.(Voir dans le coin prières.)