LE CHRISTIANISME



Veillée de prières à Taizé




LES CHRETIENS, COMME UNE FAMILLE...


  • LA FAMILLE DES TROIS "A".

  • Astrid, Anne-Sophie et Alix sont soeurs.
    Chacune d'entre elles vit avec ses parents de belles choses: chacune se souvient de moments intenses, profonds, intimes; chacune établit des relations solides, aimantes, durables; chacune "emmagasine" de nombreux souvenirs de bonheur... Nos trois soeurs se sentent aimées, entourées, accompagnées, portées, épaulées, guidées; chacune se "nourrit" de ce qu'elle reçoit pour grandir...
    Chacune aime à son tour ces parents à qui elles doivent beaucoup; chacune sait remercier et essaie de donner... à sa façon... à son idée...
    Entre parents et enfants existe une belle harmonie!

    Si on questionne les trois soeurs, elles nous disent leur sentiment de bien connaître leurs parents: elles peuvent facilement parler de leur vie, de leur "histoire", de leurs goûts, de leurs qualités, de ce qui est important à leurs yeux et de ce qu'ils veulent véritablement transmettre à leurs trois filles.

    Pourtant, lorsqu'on les écoute séparément, on s'aperçoit qu'elles ne les décrivent pas tout à fait de la même façon: elles n'ont pas reçu la même chose ou l'ont reçu différemment, elles ont chacune une manière de leur dire "merci", "l'héritage" à recevoir qui paraît essentiel pour l'une ne l'est pas forcément pour l'autre, leurs projets d'avenir sont différents...


  • ET TOI? QUE DIRAIS-TU DE TES PARENTS?

  • (Si tu es enfant unique, tu peux parler de tes grands-parents et comparer avec tes cousin(e)s.)


    Que reçois-tu de tes parents? Que leur donnes-tu?
    Qu'est-ce qui, d'après toi, est important à leurs yeux? Qu'est-ce qui compte beaucoup pour eux?
    Si tu peux, écris ce que tu penses, puis compare avec tes frères et soeurs... ou demande à tes parents.
    Tu trouves des différences... C'est normal!
    Mais au fait, avez-vous parlé de l'essentiel?


  • NOUS SOMMES TOUS DIFFERENTS, DES CHOSES DIFFERENTES VONT NOUS TOUCHER...

  • *Chacun reçoit de ses parents: des perles de lumière, des clairières de beauté, des fragrances de bonheur ou comme un beau souffle d'amour... Mais tous ne vont pas se souvenir exactement des mêmes choses.
    Exemple de parents tendres et à l'écoute:
    Certains parmi nous, auront surtout besoin de tendresse. S'il la reçoive de leurs parents, ils se sentiront compris, entourés, aimés. Ils décriront sans doute leurs parents comme des semeurs de tendresse.
    D'autres auront besoin de se sentir patiemment écoutés.Si leurs parents sont oreille attentive, écoute, ils auront l'impression d'être importants à leurs yeux. Ils les décriront peut-être comme des écoutants patients et persévérants...

    Des frères et soeurs n'ont pas la même sensibilité; ils ne seront donc pas touchés par les mêmes choses.
    Ce qui sera important aux yeux de l'un, ne le sera pas nécessairement aux yeux de l'autre.
    Des frères et soeurs ne décriront donc pas forcément leurs parents de la même manière.
    Pourtant, ce sont bien les mêmes parents!


    *Chacun donne à ses parents: un petit "merci" dans une lettre joliment décorée... Un "Je t'aime" qui atterrit sur le portable pendant le travail... Un bisou furtif, mais tellement rempli d'amour! Une étreinte profonde qui pourrait presque les briser! Du temps, rien que pour eux, pour être avec eux, pour leur bonheur... Un effort pour leur faire plaisir... Une fleur toute simple, déposée là, sur le lit et qu'ils découvriront juste avant de s'endormir...

    Chacun donne à ses parents des signes d' amour. Chacun les remercie.
    Tous le font selon leurs dons, leurs possibilités, leur sensibilité, leur envie, leur façon de voir...
    Aux yeux des parents chaque don est précieux.


    *Malgré toutes les différences, il existe, entre parents et enfants, un beau courant, une belle circulation d'amour.
    Des frères et soeurs ne doivent pas jalouser une belle relation entre un parent et un enfant mais plutôt la respecter et se laisser toucher par sa beauté. Ils ne doivent pas non plus penser que le lien personnel qui les unit à leurs parents est plus (ou moins) beau, plus (ou moins) vrai, riche,... Mais ils doivent se rappeler que chacun compte, que chacun est précieux aux yeux de parents aimants.

    *Chacun peut se poser la question: "Mais qu'est-ce qui compte vraiment aux yeux de mes parents?
    Chacun répondra sans doute selon son vécu, son histoire, la relation personnelle qu'il a construite avec ses parents.
    ->Un enfant turbulent, agité aura besoin que quelqu'un l'aide à "canaliser" cette agitation. Il aura besoin d'une présence apaisante et ferme à ses côtés. En grandissant, il se souviendra peut-être que l'important pour ses parents était d'encadrer son agitation... En pensant ainsi, il ne verra pas l'essentiel.
    ->Une fillette un peu timide aura besoin qu'on la pousse doucement vers les autres. En grandissant, elle pourra se souvenir de parents toujours prêts à la faire rencontrer d'autres personnes. Elle pourra oublier que c'était par amour pour elle, pour qu'elle s'ouvre peu à peu aux richesses de la vie et pour que jamais elle ne se retrouve seule.

    L'essentiel pour des parents n'est-il pas que chacun vive au plus près de ce qui est ajusté à lui
    et qui lui permettra de s'épanouir pleinement, de fructifier et de marcher ainsi vers le bonheur?
    Et le bonheur plein n'est-il pas la circulation d'amour entre tous?



    *Ce qui est précieux aux yeux de beaucoup de parents, c'est que l'amour circule toujours. Entre parents et enfants... entre frères et soeurs... et beaucoup plus loin encore!


  • EN RESUME:


  • Mais les parents aimeraient aussi que: (remets en ordre pour trouver la réponse)

    Réponses: La circulation d'amour s'étende en direction des frères et des soeurs, et beaucoup plus loin encore!










LA FAMILLE DES CHRETIENS...


(Attention! Si l'on parle de catholiscisme (ou protestantisme, orthodoxie,...) = religion, se méfier! Cela peut mettre en valeur l'idée de cloisonnement, de séparation définitive; il y a possibilité d'oubli de l'origine commune qui pourtant se donne toujours à toutes les Eglises; il y a aussi possibilité de se sentir comme étrangers les uns vis-à-vis des autres, ou de se croire "arrivé" ou dans "la bonne direction", alors que les autres ne le sont pas...)


  • LE CHRISTIANISME: UNE GRANDE FAMILLE!
  • (Dans cette partie ne pas oublier de faire le rapprochement avec le premier temps.)

    Le christianisme est une religion et c'est aussi une grande famille!
    -->C'est une religion qui a presque 2000 ans. Son commencement, c'est Jésus de Nazareth et son annonce de La Bonne Nouvelle d'un Dieu proche de l'humain au peuple d'Israël et aux peuples alentour. Sa continuité, ce sont des milliards de personnes, des femmes, des hommes, des enfants qui, depuis, ont continué à chanter ce beau message aux quatre coins du monde.
    -->Aujourd'hui, sur terre, il existe près de 2 milliards de chrétiens ( nombreuses confessions; les quatre principales: orthodoxes, protestants, catholiques, anglicans,...), tous frères et soeurs. Le christianisme est donc une très grande famille!
    -->Comme dans toutes les familles du monde, chaque frère, chaque soeur, chaque Eglise reçoit de Dieu et accueille, s'il le désire, certains de Ses Dons. Aucun ne reçoit plus, aucun ne reçoit moins, parce que Dieu donne toujours à profusion et que Son Immense Générosité déborde largement le coeur de tous les humains, le coeur de toutes les Eglises. Mais chacun peut accueillir différemment selon sa sensibilité, l'ouverture de son coeur, sa vocation, ses richesses et ses manques,...
    -->Comme dans toutes les familles du monde, chacun peut aussi donner à Dieu: un bouquet de mercis pour Son Amour gratuit; une prière dans le secret; une offrande lumineuse, profusion d'or et d'images; des chants de louange; un temps de lecture silencieuse de La Bible pour être en Sa Présence; une fête, un grand rassemblement, une Eucharistie partagée,... Chacun donne à sa façon, à son idée... et toujours avec un coeur rempli d'amour.
    -->Il existe une belle circulation d'amour entre L'Eternel, au coeur de Père et de Mère, et chacun de ses enfants. Mais aucun enfant ne peut révéler La Plénitude divine, Le Dieu au coeur Infiniment Débordant.
    --> Aucune Eglise (orthodoxe, protestante, catholique, anglicane,...) ne peut non plus dévoiler le christianisme en sa totalité. Chacune possède ses richesses; chacune aussi possède ses manques...
    Le christianisme n'est donc pas visible en plénitude sur terre, mais chaque confession, chaque Eglise chrétienne, nous en apporte comme un rayon rempli de richesses! Chacun peut donc trouver, au sein de sa propre confession, des perles de lumière, véritables trésors, prémices d'une Lumière plus forte encore. Chacun peut aussi reconnaître et apprécier la merveilleuse lumière qui émane des Eglises soeurs.
    -->Dieu, Le Père au coeur de Mère, La Tendresse Infinie, aime voir circuler l'amour entre chacun de ses enfants. N'ayons pas peur de faire des pas les uns vers les autres, pas qui permettrons au christianisme, porteur d'une Bonne Nouvelle d'Amour, de devenir un peu plus visible.




  • QUELQUES POINTS COMMUNS ENTRE LES DIFFERENTES EGLISES CHRETIENNES:
  • En faisant les jeux ci-dessous, trouve ce qui unit les différentes Eglises chrétiennes. Tu pourras recopier toutes tes découvertes sur une belle page blanche.



    1. Pars du point bleu, suis l'ordre des flèches et entoure chaque lettre sur lesquelles tu passes. Tu trouveras en qui nous croyons.
    2. Réponses: Nous croyons en Dieu le Père; Jésus Fils de Dieu; L'Esprit Saint Don de Dieu.

      (La théologie orientale (orthodoxes) souligne avec force l'égalité des trois personnes. La théologie occidentale (catholiques, protestants, anglicans) s'est davantage tournée vers les deux premières personnes. Aujourd'hui avec les mouvements charismatiques, on redonne à L'Esprit Saint une place importante.)





    3. Les ballons multicolores se sont emmêlés. Remets de l'ordre et tu trouveras le nom d'une prière que tous les chrétiens peuvent dire ensemble.

    4. Réponses: Tous ensemble nous pouvons dire Le Notre Père.





    5. Complète les définitions. Dans les cases jaunes, tu trouveras le nom des deux sacrements reconnus par tous les chrétiens.

    6. 1- Membre d'une Eglise chrétienne. Son nom commence par un "P".
      2-Il est Père.
      3-Il suit le Christ. On le devient en se faisant baptiser.
      4-Membre d'une Eglise chrétienne. Son nom commence par un "O".
      5-Membre d'une Eglise chrétienne, son nom commence par un "A".
      6-Il est souffle. On le fête à la Pentecôte.
      7-Elles sont nombreuses et soeurs dans le christianisme.
      8-Les chrétiens le suivent.
      9-Membre d'une Eglise chrétienne. Son nom commence par un "C".
      10-Le Notre Père en est une.
      11-On peut le dire à Dieu pour toutes ses Merveilles.

      Réponses:

      Le sacrement est l'eucharistie. Il fait entrer les croyants dans une communion avec Jésus. Le pain est signe et présence de son corps rompu; le vin est signe et présence de son sang versé.

      _________________________________________________________



      1-Livre de La Parole de Dieu.
      2-Une grande fête chrétienne.
      3-Un apôtre de Jésus.
      4-Synonyme d'Alliance. Il y en a deux dans la Bible.
      5-Cela veut dire Bonne Nouvelle. Il y en a quatre dans le second Testament.
      6-La maman de Jésus.
      7-Ce jour là, on fête la naissance de Jésus.

      Réponses:

      Le sacrement est le baptême, signe de l'entrée dans l'Eglise.

      Le nom des deux sacrements reconnus par tous les chrétiens sont: le baptême et l'eucharistie.



    7. Décode les noms ci-dessous. Tu trouveras les fêtes célébrées par tous les chrétiens.

    8. Réponses:Les fêtes célébrées par tous les chrétiens sont: Noël, l'Epiphanie, Pâques,la Pentecôte et l'Ascension.
      Ces fêtes ne sont pas forcément célébrées de la même manière, ni à la même date: par exemple du fait d'un calendrier décalé, Noël est fêté le 7 janvier chez les orthodoxes. Les orthodoxes se préparent à Noël pendant 40 jours; les catholiques et les protestants pendant 4 semaines....





    9. Les chrétiens de toutes confessions y trouvent les fondements de leur foi. Pour savoir de quoi il s'agit, remets les lettres en ordre.
    10. L B B E I


      Réponse: La Bible.
      Après de multiples traductions propres à chaque Eglise, des spécialistes des différentes Eglises ont réalisé une traduction oecuménique de la Bible (T.O.B)





    11. Pour connaître une belle prière de Jésus, une prière que tous les chrétiens peuvent lire dans le Nouveau Testament, remets les mots en ordre.

    12. Réponse: "Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et je suis en toi..."





    13. En résumé;
    14. Tous les chrétiens croient en Dieu Le Père et en Jésus son Fils mort sur la croix et ressuscité. Tous croient aussi que Dieu donne aux hommes son Esprit Saint pour vivre et aimer à la manière de Jésus.
      Les chrétiens lisent La Bible, disent Le Notre Père, reçoivent les sacrements du Baptême et de l'Eucharistie. Ils participent à de grandes fêtes comme Noël ou Pâques.

      Même si elles n'ont pas la même façon de pratiquer, de s'organiser, même si elles ne sont pas d'accord sur certaines questions de la foi, les Eglises chrétiennes ont énormément de choses en commun!





  • QUELQUES BEAUTES PROPRES A CHAQUE EGLISE :



  • L'icône orthodoxe:


    Les icônes (petite image) sont de beaux petits tableaux représentant Jésus, Marie, un saint... Les icônes sont des éléments essentiels de la Tradition orthodoxe. Elles sont vénérées.
    Pour les orthodoxes, l'icône est une image sacrée; c'est une véritable oeuvre d'art qui rend le modèle réellement présent et qui rend sensible à l'humain la réalité d'un monde transfiguré en Dieu. Elle nous montre Dieu qui se fait homme (en Christ) et l'homme qui se fait Dieu (l'humain remplit de l'Esprit Saint). L'icône nous fait pressentir la déification de la personne humaine et la sanctification de l'univers.
    L'icône est un moyen de connaître Dieu et de s'unir à Lui. Elle fait partie intégrante de la liturgie.


    La liturgie orthodoxe:


    La beauté est susceptible de nous rapprocher de Dieu.
    L'Eglise orthodoxe essaie donc de rapprocher le croyant de la beauté ( qui évoque la Splendeur du Royaume de Dieu) en réveillant ses sens.
    La vue est touchée par la flamme toujours vivante des bougies qui brûlent, par les couleurs rouge et or, par le décor des églises: icônes, iconostase, portes royales,...
    L'odorat est réveillé par l'encens...
    L'ouïe est comblée par les chants harmonieux qui s'élèvent dans l'église (la liturgie est entièrement chantée ou psalmodiée). Les chants orthodoxes sont très émouvants et considérés comme de véritables prières. Ils sont interprétés sans instruments.


    Les vitraux des églises catholiques:

    Dans les églises anciennes, les vitraux servaient de livres pour l'instruction des gens qui ne savaient pas lire. Aujourd'hui, ils ont encore beaucoup à nous raconter: scènes bibliques (Annonciation, mise en croix, Transfiguration, paraboles,...), représentation de saints (Pierre, Paul, Saint Louis,...), pages de l'histoire de France ou de l'histoire locale ( guerres, révolution, retour des marins, moissons,...). Leurs couleurs, la position des personnages dans le vitrail et les uns par rapport aux autres, nous suggèrent d'autres choses encore...
    Le vitrail attire l'oeil; sa transparence permet à la lumière du soleil de jouer avec ses couleurs et d'innonder l'église d'une luminosité plus douce, plus propice à la prière.
    (Exemple: vitrail de la Visitation)


    La tendresse de l'Eglise catholique pour Marie:


    Dans les églises catholiques, Marie est très présente: on la voit sur les vitraux, sur les tableaux; elle est souvent représentée par une ou plusieurs statues; on la chante; on la prie...
    Marie est importante parce qu'elle est un modèle de foi pour tous les croyants.
    Même si l'inquiétude, les difficultés, la souffrance font partie de sa vie, même si elle ne comprend pas tout, Marie se met en route avec confiance. Elle ose se déplacer vers l'inconnu et se laisser conduire. Marie sait garder son coeur tout disponible à Dieu. Dans le silence et l'humilité, elle accueille le don de Dieu et reste ouverte à son action.
    Aujourd'hui, elle est toujours cette mère qui observe, qui voit le manque et qui aspire à ce qu'il soit comblé.


    La place de la Bible chez les protestants:


    Pour les protestants, la Bible est La référence; c'est l'expression écrite de La Parole de Dieu. Sa lecture quotidienne avec l'aide du Saint Esprit a toujours été fortement encouragée.
    Le moine Martin Luther, fondateur du protestantisme a été le premier à la traduire dans sa propre langue. Il trouvait important que chacun puisse la lire. Ensuite les protestants ont fait d'immenses efforts pour la diffusion de la Bible.





  • AUTOUR DE L'OECUMENISME: :


    • Le mot oecuménisme: Depuis les séparations entre orthodoxes, catholiques et protestants, les chrétiens désirent retrouver l'unité. Le mot oecuménisme désigne le mouvement pour le rassemblement, pour la réunion de tous les chrétiens.
      De nombreuses personnes ont travaillé pour cette unité. En faisant les jeux ci-dessous, trouve le nom d'un protestant, d'un catholique et d'un orthodoxe.
    • Un pasteur protestant: remets les lettres en ordre (deux noms de cinq lettres):
    • En 1940, en pleine guerre mondiale, le pasteur protestant Roger Schutz (plus connu sous le nom de Frère Roger) achète une maison à Taizé. Son objectif est dans un premier temps de venir au secours des réfugiés (notamment des juifs) mais aussi de fonder un foyer de vie communautaire où les étudiants pourront venir réfléchir et prier. A la fin de la guerre, la communauté de Taizé devient oecuménique et s'ouvre indifféremment à des protestants, des catholiques, des orthodoxes. Taizé est aujourd'hui un grand lieu de rencontre de jeunes de tous horizons...

      Le Frère Roger et l'une de ses paroles qu'il adresse à tous.



    • Un prêtre catholique:
    • Pars de l'élipse rouge; suis les flèches et colorie chaque lettre sur laquelle tu passes. Tu trouveras le prénom et le nom de l'abbé qui a initié la semaine de prière pour l'unité des chrétiens. (Il a aussi fondé le groupe des Dombes composé de théologiens catholiques et protestants.)

      Il s'agit de l'abbé Paul Couturier.



    • Un patriarche orthodoxe:
    • Complète le tableau avec les définitions: tu trouveras le nom d'un patriarche orthodoxe dans les cases bleues.

      1-Le prénom de la maman de Jésus.
      2-Dans la Bible, on trouve le premier et le second. Aussi synonyme d'alliance.
      3-Utilisée pour les sacrements et autrefois pour l'onction des rois.
      4-Pour Jésus, Dieu en est un.
      5-Message de l'ange à Marie lui annonçant qu'elle va avoir un fils.
      6-Un roi d'Israël.
      7-Marc, Matthieu, Luc et Jean les ont écrits.
      8-Petites histoires racontant des faits de la vie de tous les jours et parlant aussi de Dieu.
      9-Ils suivent Jésus.
      10-Grande fête chrétienne.
      11-Il est parti sur les routes annoncer La Bonne Nouvelle; il est mort sur la croix; il est ressuscité!!!


      Réponses:



    • Si tu n'as pas trouvé, remets les lettres en ordre:


    • Il s'agit d'Athénagoras, patriarche de Constantinople. En 1964, il recréa des liens avec Rome en rencontrant le pape Paul vI. En 1965, il fit avec lui une déclaration de pardon réciproque.










    CHRISTIANISME:
    Petites cartes d'identité des Eglises soeurs.



    Le fonctionnement:


    L'Eglise catholique

    L'Eglise catholique est dirigée par le pape. Celui-ci vit dans le petit état du vatican (à Rome en Italie).
    -> Le pape nomme les évêques (choisis parmi les prêtres). L'évêque est responsable d'un diocèse, c'est à dire d'un ensemble de paroisses. Lorsqu'un diocèse est important, on parle d'archidiocèse. L'évêque responsable est alors appelé archevêque.
    Chaque paroisse a ses fidèles, ses églises et ses prêtres responsables des cérémonies, des messes, des sacrements,... Les prêtres sont des hommes célibataires.
    Certains hommes, pouvant exercer une activité professionnelle, être mariés et pères de famille, peuvent aider les évêques et les prêtres. Ce sont les diacres permanents. A la base de ce ministère l'idée de service.
    ->Le pape nomme les cardinaux parmi les évêques, voire parmi les prêtres. Les cardinaux sont les conseillers du pape; ils élisent aussi le nouveau pape.



    Petit plus: L'Eglise, c'est l'ensemble de tous les chrétiens, c'est l'ensemble du peuple des baptisés. Dans l'Eglise, il existe: *Les laïcs: ils constituent la grande majorité des chrétiens. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants (comme nous, nos parents, nos voisins,...). Ils peuvent être mariés ou célibataires. Leur mission de baptisés est de vivre au plus près de l'Evangile pour devenir témoins de l'Amour de Dieu auprès de ceux qui ne le connaissent pas...
    *Les laïcs consacrés: ils ont choisi de vivre une vie de communauté. Ils sont célibataires. Ils consacrent toute leur vie à Dieu. -->Les moines et moniales vivent retirés du monde dans un monastère. Ils suivent la règle d'un saint patron (Exemple: Les franciscains suivent St François). Leur vie est une vie de prière, de louange, de service aux autres. (PS: certains moines sont aussi prêtres).
    -->Les religieux et religieuses suivent aussi une règle. Ils vivent dans de petites communautés dans les villes et les villages. Ils peuvent en sortir pour travailler, servir une paroisse, accompagner des malades,... Ils consacrent leur vie au service de Dieu et des hommes. *Les chrétiens ordonnés: ils ont reçu le sacrement de l'ordre (les évêques, les prêtres, les diacres). (Le pape et les cardinaux sont des évêques).


    Les laïcs consacrés et les chrétiens ordonnés sont appelés clercs. Ils font partie du clergé et consacrent entièrement leur vie à Dieu. Dans le clergé, il existe donc deux groupes:
    -->Le clergé régulier (ceux qui suivent une règle) moines et religieux.
    -->Le clergé séculier (qui n'appartiennent à aucun ordre): prêtres, évêques, diacres.




    L'Eglise orthodoxe: Une famille d'Eglises:

    L'Eglise orthodoxe est formée d'Eglises particulières, autonomes, sans structure centralisée mais toujours unies aux autres Eglises par une même foi. Chaque Eglise est en accord absolu avec les autres sur toutes les questions de doctrine et de pleine communion sacramentelle.

    Chaque Eglise particulière ( riche de nombreux prêtres- appelés popes en Russie) élit ses évêques parmi les moines. Les évêques peuvent élire ensuite leur "premier évêque": le patriarche. Le territoire sur lequel s'exerce la fonction d'un patriarche s'appelle le patriarcat. L'Eglise orthodoxe est composée de 9 patriarcats (Constantinople, Alexandrie, Jérusalem, Antioche, Russie, Serbie, Roumanie, Bulgarie, Géorgie). Certaines Eglises n'ont pas de patriarche à leur tête: ce sont les Eglises autocéphales (Grèce, Pologne, Chypre, Tchécoslovaquie, Albanie, Sinaï). Il existe aussi dans le monde diverses Eglises de la dispersion.
    Une primauté d'honneur (sans aucun pouvoir sur les Eglises) est reconnue au patriarche oecuménique de Constantinople.
    Les prêtres sont des hommes de plus de trente ans. Les hommes mariés peuvent devenir prêtres .

    Le moine prie dans le dénuement, la solitude et le silence. Plus le moine s'affirme dans le combat intérieur, plus il entre dans le repentir et porte l'humanité entière dans sa prière. (Voir Silouane)




    L'Eglise anglicane

    L'Eglise anglicane a conservé la structure cléricale de "base" ( c'est une institution épiscopale) et a exclu les institutions vaticanes.
    Elle a de plus ouvert en grand ses portes aux laïcs: les Eglises de la communion anglicane sont dirigées par des conventions où se côtoient deux ordres: celui des laïcs et celui du clergé. Les conventions peuvent être nationales, diocésaines ou paroissiales. Elles sont amenées à trancher sur de nombreux sujets: finances, discipline, ordination des femmes à la prêtrise ou à l'épiscopat,.... Ces conventions élisent leurs évêques et les contrôlent. Pour être positif, un vote doit recueillir la majorité des voix dans chacun des deux ordres: celui des laïcs et celui du clergé.
    Diacres et prêtres sont ordonnés par un évêque.
    Les diacres, les prêtres, les évêques peuvent être des hommes ou des femmes (pas dans toutes les Eglises anglicanes) mariés, célibataires, père ou mère de famille.




    L'Eglise protestante


    Pour les protestants, le sacerdoce est universel: entre les fidèles et Dieu, il n'y a pas d'intermédiaire humain. La seule médiation possible: Jésus-Christ. L'Eglise protestante donne donc une place identique à chaque baptisé pasteur ou laïc. Il y a donc pour chacun, la nécessité de la connaissance biblique, du témoignage et de l'engagement dans le monde... Chacun est aussi susceptible de se voir confier des responsabilités centrales dans la vie de l'église (comme présider La Sainte Cène par exemple).

    Néanmoins, pour le bon ordre de l'Eglise, certaines fonctions sont données à des personnes particulièrement formées pour les assumer (pasteurs, diacres, anciens, docteurs).
    Dans l'Eglise protestante, il n'y a pas d'évêques, pas de prêtres mais des pasteurs, hommes et femmes, mariés ou non, ayant la vocation et ayant reçu une formation de théologie. Celle-ci leur permet d'être les guides d'une communauté religieuse dans une ville ou dans un quartier. Les pasteurs ne sont pas nommés dans une communauté par des chefs religieux mais choisis par les fidèles.
    Dans l'Eglise protestante, il existe aussi des diacres ( qui s'occupent d'oeuvres de charité), des docteurs ( qui s'occupent d'enseigner la théologie)...




    Le culte:

    La "maison de prières" des orthodoxes, des catholiques et des anglicans s'appelle l'église (A ne pas confondre avec l'Eglise). Celle des protestants s'appelle le temple.


    Chez les protestants: Le lieu de culte des protestants, le temple, n'est pas un lieu sacré. C'est un lieu de prières et de réunions. C'est un lieu très simple (souvent fait de plâtre et de bois), très dépouillé (en général, pas de tableaux, pas de sculptures; juste une croix, une table, un pupitre et des bancs) et souvent lumineux (la lumière pénètre largement par les hautes fenêtres).
    Le temple est constitué du chevet (lieu où se trouve l'autel) et de la nef (partie où les fidèles prennent place pour assister au culte (office religieux)).

    Le culte est très simple: lectures de la Bible, commentaires, prières, chants. La Sainte Cène est célébrée en général le premier dimanche de chaque mois: les fidèles se réunissent en cercle autour d'une table tandis que le pasteur partage le pain et le vin représentant le corps et le sang de Jésus.


    Chez les orthodoxes: Les lieux de prière des orthodoxes, les églises, sont souvent "coiffées" de magnifiques coupoles. Celles-ci symbolisent le ciel.
    Lorsque l'on entre dans la nef d'une église orthodoxe, on pénètre dans un lieu presque vide. Au centre de l'espace, une icône, représentant le saint ou la fête du jour, repose sur un pupitre. Chaque fidèle, en arrivant, pose à trois reprises ses lèvres sur cette icône et fait le signe de croix -touchant l'épaule droite avant l'épaule gauche- avant de se prosterner. Ensuite, il allume un cierge...
    Dans la nef, les fidèles restent debout; ils prient en silence ou bien se parlent, se saluent s'embrassent; les enfants vont et viennent; l'ambiance est familiale.
    Du côté est de l'église se trouve l'iconostase, une cloison plus ou moins haute constituée de très belles icônes. Devant cette cloison, des bougies symbolisent la présence de l'Esprit Saint. Derrière cette cloison se trouve le sanctuaire avec l'autel (lieu où officient les prêtres). L'iconostase est munie de portes richement décorées, "les portes royales", qui s'ouvrent vers la nef et permettent le passage du diacre (lorsqu'il va lire l'évangile) et des prêtres qui rejoignent la nef au moment de la communion.
    Le sanctuaire est à l'image du Saint des Saints dans le Temple de Jérusalem. On y trouve le chandelier à sept branches, un tabernacle et une icône en tissu.

    L'église orthodoxe jouit d'une grande richesse liturgique. Les célébrations sont enseignements et louanges. La spiritualité est orientée vers la contemplation de l'action de Dieu. Elle favorise les vocations d'ermites et la prière en solitude.
    Durant la messe, le rôle principal du prêtre est de célébrer La sainte Liturgie: les prêtres bénissent le pain et le vin et le partage aux fidèles durant la communion.
    Les chants orthodoxes sont puissants et émouvants et considérés comme de véritables prières. Ils sont interprétés sans instruments.


    Chez les catholiques: (voir aussi en caté, "l'église... la messe") Le lieu de culte des catholiques est l'église. Grâce à son haut clocher, elle est visible de loin. Les fidèles y pénètrent par un porche parfois surmonté d'un tympan décoré de scènes sculptées. A l'intérieur de l'église, la nef ( du latin navis qui veut dire navire) est le lieu le plus vaste. Elle accueille les fidèles et est parfois flanquée de deux bas-côtés qui permettent une meilleure "circulation". En remontant la nef, on arrive dans le choeur: lieu central où l'on découvre l'autel (lieu de célébration de l'Eucharistie), l'ambon (lieu de lecture de La Parole), le tabernacle (petit coffre où est gardé le pain consacré). L'église est souvent éclairée par la lumière du jour entrant par de magnifiques vitraux... Elle peut être décorée de statues, de peintures, de sculptures,...
    Les célébrations chantantes et priantes sont: accueil, reconnaissance de sa pauvreté, écoute de La Parole, partage de l'Eucharistie et envoi vers le prochain.









    CHRISTIANISME: Un peu d'histoire:


    Le christianisme est la religion des chrétiens. Son origine remonte à Jésus de Nazareth qui a vécu il y a 2000 ans et qui annonçait La Bonne Nouvelle d'un Dieu de tendresse proche de l'homme (Père) et aimant tous les humains d'un Amour Infini. Pour annoncer cette Merveilleuse Nouvelle, Jésus n'hésitait pas à être proche des pauvres, de ceux qui souffrent, des malades, des exclus, des pécheurs,...
    Le message de Jésus, message de Bonheur, va toucher des coeurs... Après sa mort et sa résurrection, ses disciples, portés par l'Esprit Saint, vont répandre son message par voix orale puis par écrits (Evangiles).
    Il vont aussi s'organiser en fondant des Eglises.



    L'harmonie entre les chrétiens va connaître quelques ruptures:

    ->En 390, le christianisme devient religion d'état.

    ->Aux 4ème et 5ème siècles, le débat sur la divinité de Jésus provoque les premières séparations:
    *Arius, prêtre d'Alexandrie, affirme que Jésus ne peut être Dieu.
    *Plus tard, Nestorius, évêque de Constantinople, pense que Marie ne peut être mère de Dieu.
    *Eutychès, moine de Constantinople, ne reconnaît pas Jésus homme.
    A la suite de ces crises les Eglises nestoriennes, coptes, syriennes, arméniennes, éthiopiennes,... se détachent de la grande Eglise.

    ->Au 11ème siècle, rupture entre Rome et Constantinople: deux types de société s'opposent:
    *A Rome, le pape souhaite asseoir sa primauté et affirmer son pouvoir sur les Eglises locales.
    *A Constantinople, la notion d'autorité dans l'Eglise est collégiale; on ne reconnaît au pape qu'une autorité morale .
    La rupture finit par éclater; c'est le grand schisme d'Orient. L'Eglise de Constantinople prend le nom d'Eglise orthodoxe (ce qui signifie: conforme à la juste doctrine), l'Eglise d'Occident reste fidèle au pape.
    Aujourd'hui, il existe environ 200 millions d'orthodoxes dans le monde.

    ->Au 16ème siècle en occident, les abus de l'Eglise de Rome la déconsidèrent (richesses, fastes de la cour pontificale, trafic d'indulgences,...). Martin Luther dénonce ces abus; il est condamné par le pape. Cette condamnation entraîne une rupture d'unité. Luther élabore une doctrine composée de six thèmes majeurs qui font encore aujourd'hui référence dans les Eglises protestantes. La Réforme de Luther se répand d'abord en Allemagne puis dans les pays avoisinants.
    La Réforme a donné naissance aux Eglises luthériennes, réformées, baptistes, adventistes, presbytériennes, méthodistes,... D'autres Eglises (évangéliques, pentecôtistes) sont nées ensuite.
    Il y a environ 400 millions de protestants dans le monde (ne peuvent revendiquer leur appartenance au protestantisme que ceux qui se réfèrent aux thèmes de la Réforme).

    ->Au 16ème siècle en Angleterre, le roi Henri 8, en désaccord avec le pape Clément 7, se nomme chef de l'Eglise d'Angleterre. L'Eglise anglicane naît.
    Aujourd'hui, la communion anglicane compte environ 50 millions de fidèles.
    Elle se reconnaît tout à la fois catholique et réformée.

    ->Au 16ème siècle, le concile de Trente, appelé aussi concile de Contre-Réforme, entraîne des bouleversements profonds dans l'Eglise romaine. Le terme de "catholique" n'est devenu une exclusivité d'une Eglise par opposition aux autres qu'à partir du 17ème siècle. Ce que nous appelons aujourd'hui catholiscisme correspond à l'Eglise catholique romaine "tridentine" (du concile de Trente).
    Il existe environ un milliard de catholiques dans le monde.



    Autour du mot "catholique":

    Dans le grec, l'adjectif vient:
    ->soit de kath'holou: lié au tout, conforme au tout, selon le tout.
    ->soit de kath'holon: orienté au tout, faisant mouvement vers le tout.
    Au début du christianisme, lorsque l'adjectif était utilisé auprès du mot Eglise, il signifiait que l'on voulait parler de l'Eglise tout entière, dans son intégralité.
    Plus tard, le sens a évolué vers le mot véritable. On a employé l'adjectif "catholique" pour dire qu'une Eglise locale était vraie, authentique, en opposition aux sectes et aux hérésies.
    Avec le temps, d'autres sens vont apparaître:
    ->Le sens de plénitude: une Eglise est catholique lorsqu'elle possède toute la richesse de La Bonne Nouvelle, la Plénitude des dons de Dieu.
    ->Le sens d'universalité: une Eglise est catholique lorsqu'elle est répandue sur toute la terre.
    ->Le sens confessionnel: L'Eglise Catholique: les chrétiens unis à Rome. Le terme de catholique n'est devenu l'exclusivité d'une Eglise par opposition à d'autres qu'au 17 ème siècle.


    Ne pas oublier l'origine grecque: "Faisant mouvement vers le tout".
    Est catholique ce qui bouge, ce qui avance, ce qui n'est pas "arrivé", ce qui est en marche...
    ...Un peu à l'image d'Abraham, marcheur infatigable...
    On peut donc être un orthodoxe catholique. On peut aussi être de confession catholique et se croire "arrivé" et donc ne pas être catholique...











(Pour aller vers le plan, les chants et prières, les images et coloriages, ne fermez pas! Remontez tout simplement au début de cette rencontre).